Monde Asie

Absurde et anachronique: Singapour conserve sa loi anti-homosexualité

30 mars 2020

«Abolissez (l'article) 377A»: le slogan lumineux formé par la foule lors du Pink Dot, grand festival LGBT, de 2019. Photo: PinkDot SG

La Cour suprême de la Cité-État a tranché: elle n’abolira pas sa loi anti-homosexualité héritée de l’époque coloniale britannique.

Singapour, ses buildings, sa végétation luxuriante, sa prospérité économique… et sa loi anti-homosexuels. La Cour suprême de la Cité-État vient de rendre un jugement attendu par les militant·e·s de la cause LGBT. L’objet de cette décision juridique: un texte hérité de l’époque coloniale criminalisant l’activité homosexuelle masculine, même pratiquée entre personnes consentantes dans un cadre privé. L’article 377A prévoit des peines allant jusqu’à 2 ans de prison.

C’est après la décision de la Cour Suprême du géant indien de décriminaliser l’homosexualité, en septembre 2018, que trois habitants de Singapour avaient décidé d’attaquer cette disposition, arguant qu’elle n’avait pas de raison d’être, puisque rarement appliquée.

Reflet des «sentiments et croyances communes»
Mais l’instance a balayé la requête des plaignants. Cette législation, justifie-t-elle, «demeure importante en ce qu’elle reflète les sentiments et les croyances communes». La déception est évidement au rendez-vous pour les LGBT de cet ancien territoire britannique et malaisien. Ils espéraient que la République de Singapour pourrait se démarquer d’une tendance lourde dans la région. De fait, la tolérance a l’égard des personnes LGBT y est de plus en plus critiquée. Rappelons que la Charia est appliquée à Brunei et dans la province d’Aceh en Indonésie voisine. La situation est aussi préoccupante dans le reste de l’Indonésie et en Malaisie.

«En refusant de rayer cette loi archaïque et discriminatoire, la Cour a réaffirmé que tous les homosexuels de Singapour sont en fait des criminels non appréhendés», a résumé Tea Braun, directrice de Human Dignity Trust, un groupe de défense des droits humains basé à Londres.

1 comments

Comments are closed.

À lire également