Genève

Lovely Autonomy

jeu 6 juin - dim 9 juin
Genève
#Opéra

Roberto Devereux / Glam Night

jeu 6 juin, 20:00
Genève
#Cinéma

La Nosta / J. J.

jeu 30 mai, 18:00
Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30

Marinette, le parcours hors norme d’une combattante

Marinette, le parcours hors norme d’une combattante

Dans son biopic de Marinette Pichon, Virginie Verrier raconte l’histoire de cette footballeuse, première Française partie pour une carrière aux États-Unis, et aussi la première sportive hexagonale à avoir fait son coming out.

Marinette Pichon… ce nom ne vous dit sans doute pas grand-chose. Pourtant, ce petit bout de femme de 55 kilos, née en 1975, est une pionnière du football féminin. Dans les années 2000, elle était devenue l’une des meilleures joueuses au monde. Première Française à faire carrière aux États-Unis, elle était aussi la première sportive hexagonale à parler de son homosexualité. Le film Marinette retrace son histoire.

Marinette pense, dort, rêve foot après la découverte, à 5 ans, de ce sport qu’elle a dans la peau. Une passion ravageuse, émancipatrice, qui la sort d’un contexte familial sordide, dominé par un père violent et alcoolique qui sera condamné à 10 ans de prison pour agression sexuelle sur sa belle-mère. Élevée et soutenue par une maman-courage face à ce misérable tyran domestique, Marinette est décidée, coûte que coûte, à ne pas baisser les bras.

C’est à cette icône du ballon rond français au mental d’acier, incarnée par l’excellente Garance Marillier, que Virginie Verrier a consacré un biopic. Elle a écrit le scénario d’après l’autobiographie de sa protagoniste, Ne jamais rien lâcher. L’opus évoque à la fois le parcours exceptionnel d’une combattante et le manque crasse de reconnaissance de son sport, le statut de professionnelle étant toujours, aujourd’hui comme alors, refusé aux femmes en France.

Une course à l’excellence
Se concentrant sur la carrière de la footballeuse de choc dont elle brosse un portrait inspirant et émouvant, la réalisatrice propose un film profond, engagé, suivant l’inarrêtable course à l’excellence de sa charismatique héroïne. Il est rythmé par des scènes de match réalistes grâce au recrutement de quelque 200 joueuses, permettant de découvrir les nombreux exploits d’une Marinette à la technique hors norme et aux fantastiques qualités de buteuse.

L’œuvre est également ponctuée de douloureux souvenirs, comme son exclusion temporaire de l’équipe de France, et l’image de son pourri de père crevant sadiquement un ballon à cette occasion. L’auteure revient par ailleurs sur une vie intime aux côtés d’une compagne jalouse et destructrice, que Marinette quittera pour éviter de reproduire le modèle brutal qui a fait souffrir sa mère.
Une lutte incessante

Virginie Verrier nous laisse ainsi découvrir une femme queer doublée d’une sportive de très haut niveau, qui s’est constamment battue pour se faire entendre et pour réaliser son rêve. On rappellera qu’elle a été sélectionnée en équipe de France en 1994. Repérée par le club de Philadelphie lors de l’Euro 2001, elle part pour les Etats-Unis, où elle est reçue comme une star. Passée pro, elle est sacrée top player du championnat nord-américain. Faute d’obtenir sa green card, elle rentre en France, où elle réussit une incroyable saison 2005, terminant meilleure buteuse avant de rafler le titre de championne de France l’année suivante.

Marinette Pichon, qui a fondé son académie, a raccroché les crampons en 2007. Elle laisse une belle trace dans l’histoire des Bleu·e·s, détenant jusqu’en 2020 le record du nombre de buts marqués, hommes et femmes confondu·e·s!

Dans les salles romandes dès le mercredi 7 juin