Culture R.I.P.

Donna Summer et les gays: un si long malentendu

17 mai 2012

Donna Summer

La diva du disco s’est éteinte jeudi, à 63 ans. Icône gay certes, la star convertie à la foi évangélique inspirait également une méfiance tenace parmi les homos.

Les gémissements de plaisir du maxi-45-tours «Love To Love You Baby» avaient fait bander la planète en 1975. Interprète de plusieurs hymnes à la sensualit, Donna Summer est décédée, jeudi, à l’âge de 63 ans. Celle qui a explosé les boules à facettes dès sa rencontre avec le producteur légendaire Giorgio Moroder est sans doute une icône gay, mais elle a eu une histoire troublée avec cette communauté. La cassure serait intervenue durant la tournée de l’album «She Works Hard for the Money», lors d’un concert à Atlantic City en 1983. A cette époque, après avoir outré les religieux en tant que «Lady Love» quelques années plus tôt, elle s’était définitivement tournée vers la foi évangélique et chantait, entre autres, un «Unconditional Love» bien moins charnel. Approchée par un fan séropositif qui lui avait demandé de prier pour elle, elle aurait, selon certains, déclaré que le sida était une punition divine envoyée contre les homosexuels. D’après d’autres témoins, elle aurait mis en cause le style de vie débridé des personnes infectées.

Excuses ambiguës
L’anecdote est âprement contestée jusqu’à aujourd’hui, même elle a collé à la peau de la vedette. Si ses agents ont multiplié les démentis, la star elle-même s’est montrée mal à l’aise à le faire elle-même, enchaînant des déclarations peu convaincantes. Finalement en 1989, elle avait écrit à Act Up qu’elle avait été victime d’une «terrible malentendu». Mais elle avait aussi présenté ses excuses à «ceux que j’aurais pu blesser». Pas de quoi dissiper la rumeur, qui l’a suivi au cours d’une nébuleuse bataille judiciaire pour diffamation contre un magazine américain.

Entre-temps, la diva avait quitté les hit-parades pour les galas et d’autres icônes gay (Madonna, Kylie ou Jimmy Sommerville, parmi tant d’autres) avaient repris ses tubes à leur compte – souvenir de cinq ou six d’adulation, pour 30 de purgatoire.

2 comments

je me connecte sur la page web
têtu pas un article en page d’accueil sur le décès de DONNA SUMMER bien plus intéressante pourtant et surement moins homophobe que christian vanneste!quel déception franchement surtout pour voir sur votre blog en titre donna summer un long mal entendu ! MÊME LE FIGARO A RÉAGIT DES HIER AVEC UN ARTICLE ÉLOGIEUX SUR LA CARRIÈRE DE LA DIVA !!!! BRAVO TÊTU POUR CE BEAU RATAGE !

Et voila encore un morceau de ma jeunesse qui s’en va. Nostalgie, nostalgie quand tu nous tient. Salut I loved to love you Baby!

Comments are closed.

À lire également