«Princess Boy» star des plateaux télé américains

Dyson, un garçon de 5 ans, a choisi de ne s’habiller qu’en princesse. Depuis l’automne, il fait le tour des émissions de TV avec sa maman, auteure d’un livre pour enfant qui raconte son histoire.

En novembre dernier, une maman américaine avait déclenché un formidable mouvement de solidarité en racontant sur internet comment elle et son fils avaient bravé les regards épouvantés des parents d’élèves à une fête de halloween où son fils avait décidé de porter un costume de fille (celui de Daphné dans le dessin animé Scooby-Doo). Un mois plus tard, c’est le petit Dyson qui débarque sur les petits écrans américains. Ce garçon de 5 ans est comme tous les petits garçons, assurent ses parents, sauf que quand il grimpe aux arbres ou fait du sport, c’est en costume de princesse. Il a commencé à porter ce type d’habits, qui «lui font se sentir bien», depuis l’âge de deux ans. La petite famille, établie à Seattle, a mis quelque temps à s’y faire.

Pour expliquer sa situation, sa maman a écrit un livre pour enfants. D’abord publié à compte d’auteur, «My Princess Boy» a été republié avant Noël par une grande maison d’édition, et distribué à large échelle. Avec succès, semble-t-il. Depuis, mère et fils écument les studios de télévision. Des promos où Dyson est invité à montrer ses jolies robes dans ses couleurs préférées: le rose et le violet.

La maman, Cheryl, ne semble pas tout à fait sûre de la manière dont Dyson sera accepté à l’école. Le plus important pour elle est que son enfant soit respecté et soutenu dans ses choix. Et elle se dit persuadée que l’écho déjà rencontré par le livre contribuera à ouvrir une nouvelle ère d’acceptation envers les enfants différents et un outil contre le «bullying», le harcèlement à l’école.

1 comments

Marrant quand ce sont des sujets comme “La moitié de la planète gay en 2030? Le Vatican se fait peur” on sent le sarcasme journaleux de l’auteur et pour un sujet comme celui-ci c’est traité avec pincettes Hello Kitty et cette tolérance générique des “ouverts d’esprit”.. la même qui veut prôner toutes les différences.. sauf celle au droit de trouver que l’Islam c’est de la merde (la chrétienté en général on a le droit de cracher dessus.. auto-flagellation oblige) ou qui se braque avec une indignation dictatoriale et bouche en cul de poule face à des groupes comme NARTH. On pourrait par exemple se demander quelle est la proportion d’influence de la mère, entourage etc, ou son angle marketing et.. etc.. Que nenni. C’est un article tout rose, tout beau, tout tolérant. Purple children, transgender kids, rainbow bisounours.. elle est pas belle la vie ?! Moi je me dis que finalement il a peut-être pas totalement tort l’évêque Demetrio Fernández.

Comments are closed.

À lire également