Tendances

Clubbing gay, format mégalo

Le monde du la nuit américaine ne parle plus que de ça. Le patron de plusieurs boîtes de Las Vegas compte ouvrir fin 2012 «le plus vaste club gay du monde». Mais certains doutent de la viabilité du projet.

Propriétaire du Krave, Kelly Murphy a annoncé que son établissement déménagerait en décembre dans un ancien cinéma multiplexe, qui deviendra le «Krave Massive». Sur la page Facebook du futur temple des nuits américaines, Murphy étale son ambition: détrôner New York et faire de la Ville du péché la destination gay numéro 1 des Etats-Unis.

Le Krave Massive occupera le dernier étage d’un centre commercial où se trouvait les 14 salles de cinéma – la surface d’un terrain de foot . Selon les plans et les croquis (voir le diaporama) publiés par l’entrepreneur, on y trouvera cinq dancefloors, allant de la country à la house, en passant par le hip-hop, des écrans géants, des light-shows hallucinants, des lounges, des scènes de cabaret et de théâtre, un ciné, des boutiques, un espace girls-only et bien sûr, une piscine extérieure. Coût du projet, selon son initiateur: seulement 1,5 million de dollars, la plupart des infrastructures étant déjà là. Seule la piscine est à construire: 750’000 dollars de plus à investir. Bref, une bouchée de pain.

Quartier en perte de vitesse
Mais c’est pas gagné, observe le Huffington Post. De fait, la future mégaboîte, qui attend 12’000 clients par semaine, se trouve dans le downtown de Las Vegas – un quartier qui périclite depuis le début des années 2000. Le centre-ville est en effet plutôt éloigné du scintillant Strip, qui accueille la plupart des touristes dans ses rutilants hôtels et casinos. Le site note aussi, au passage, que le Krave actuel s’était placé sous la protection de l’office des faillites américain en 2010.

Thèmes: Economie  Etats-Unis  Tourisme 

À lire également