Culture
#Drag

Sasha Velour, The Big Reveal Live Show

Genève, ven 5 avril, 19:00
Community
#Cinéma #Table ronde

Acsexybility

Genève, dim 10 mars, 14:00
Bars & Clubs

Born This Way

Lausanne, jeu 7 mars, 21:00

Semeurs de bronx au coeur de la gay pride

La marche des fiertés de Seattle, samedi, a été émaillé d'incidents provoqués par des militants queer radicaux. Ils protestaient contre une gay pride devenue, à leurs yeux, un robinet d'eau tiède.

Une parade richement sponsorisée et des milliers de participants béats, célébrant les récentes victoires sur le front du «Don’t ask don’t tell» ou de l’ouverture du mariage new-yorkais: la Gay Pride de Seattle promettait d’être un peu trop bon enfant au goût de militants queer. Le week-end dernier, ils ont été une grosse poignée à jouer les hooligans au beau milieu de la foule, rapporte Queerty.com. Encagoulés et armés de spray de peinture, ils ont tenté de raviver quelques souvenirs des affrontements anti-G8 qui avaient éclaté dans la ville, en 1999. «Nous ne sommes pas intéressés à adhérer à une monogamie sanctionnée par l’Etat. […] Nous ne sommes pas intéressés à nous enrôler dans l’armée pour tuer, être tué, ou les deux, au nom de l’impérialisme US», expliquent des tracts éparpillés par les activistes. Sur leur passage, des façades barbouillées de graffittis, un distributeur d’argent fracassé, de même que – sacrilège! – la vitrine de la marque de fringue chouchoute des gays branchés, American Apparel (photo).

Sur un mode plus pacifique, la critique du caractère commercial et du conformisme politique des Gay Pride a également le vent en poupe dans la vielle Europe. A Madrid, un «Orgullo indignado» («Pride indignée») a rassemblé quelques centaines de personnes LGBT. Boudant le quartier gay propret de Chueca, les «transpédégouines» espagnols ont convergé vers la Puerta del Sol, site symbolique du mouvement du 15 Mai. Un événement qui rappelle le Transgenialer CSD, inauguré dans le quartier berlinois de Kreuzberg il y a bientôt 10 ans. A l’époque, l’objectif de la marche était déjà d’associer les communautés LGBT à une protestation sociale anticapitaliste plus large, dans un contexte d’austérité économique. Et il n’a rien perdu de son actualité.