Community
#Cinéma #Table ronde

Queendom

Genève, sam 9 mars, 19:00
Bars & Clubs

Bouge Ton Faro

Genève, sam 2 mars, 23:00
Bars & Clubs

Bordello Easter

Lausanne, dim 31 mars, 23:00

Les homos moins délinquants mais plus punis

Des chercheurs de l'Université de Yale publient une étude démontrant que les jeunes gays, lesbiennes et bisexuels sont plus susceptibles d'être réprimandés par l'école, la police ou la justice.

Une étude longitudinale portant sur 15’000 écoliers pendant une durée de sept ans, interrogeant les participants sur leurs préférences sexuelles et les actes d’inconduite allant du mensonge aux parents à l’usage d’une arme à feu démontrerait que les jeunes qui s’identifient comme gay, lesbienne ou bisexuel ont 40% plus de probabilité d’être punis par les autorités scolaires, policières ou judiciaires. « Nous avons trouvé que virtuellement tous les types de punitions – incluant l’exclusion scolaire, les arrestations, la condamnation de mineurs ou d’adultes et plus spécifiquement les arrestations par la police – sont plus souvent infligées à la jeunesse LGB », affirme Kathryn Himmelstein, l’une des chercheuses. Les filles ayant des relations avec d’autres filles sont les plus susceptibles de subir un « traitement inéquitable » en la matière.

Ces chiffres ne sont pourtant pas corrélés avec une plus grande propension à la délinquance chez les jeunes homos. Au contraire, ces derniers commettraient moins d’inconduites que les autres. L’étude viendrait donc renforcer l’accent mis actuellement sur l’intimidation ou les brimades (« bullying » en anglais) dont souffrent les jeunes LGBT, notamment à travers la campagne de grande envergure It gets better qui a fait intervenir de très nombreuses personnalités publiques. Si cette recherche est la première permettant d’attester d’une attitude différente face à la délinquance selon l’orientation sexuelle, elle peine toutefois à dépasser le constat en expliquant véritablement les ressorts d’une telle discrimination.