Monde Italie

Insultes homophobes dans la salle d’opération

9 juillet 2020

L'incident s'est produit le 25 mars dans un hôpital de la région de Varèse (Lombardie). Photo d'illustration.

Un chirurgien italien a été suspendu après avoir invectivé un patient sous narcose. Choqués, ses assistants ont porté plainte.

«Pourquoi je dois opérer ce pédé de merde?! C’est pas juste qu’en ces temps d’état d’urgence il faille que je perde mon temps avec les pédés et les IVG.» Ces paroles auraient été prononcés le 25 mars, en pleine salle d’opération, au plus fort de la crise sanitaire en Lombardie. Elles émaneraient d’un médecin-chef de l’hôpital de Cittiglio, non loin de la frontière tessinoise. Son patient était alors sous narcose.

Mais ses assistants, eux, ont bien entendu. «Tout le monde est resté stupéfait devant tant de violence verbale», raconte un témoin. Et quand un anesthésiste a interpellé le chirurgien pour savoir s’il avait quelque chose contre les homosexuels, ce dernier l’a sommé de quitter la salle d’opération. L’intervention se serait conclue «dans la nervosité et la précipitation».

L’incident, que les médias n’ont rapporté que cette semaine, a débouché sur l’ouverture d’une enquête disciplinaire contre le praticien, qui fait l’objet d’une suspension.

Sens civique et courage

Après plusieurs agressions contre des hommes gay, la révélation de l’affaire a eu un fort retentissement dans la Péninsule. De fait, une loi contre l’homophobie et la transphobie est en passe d’être examinée au Parlement italien.

L’association LGBTQ+ locale a salué le sens civique et le courage des soignants qui ont dénoncé les propos du chirurgien. «Les actes d’homophobie sont toujours plus nombreux dans notre pays, mais souvent ils ne sont pas signalés», rappelle Giovanni Boschini, président de l’Arcigay Varèse, cité par le «Corriere della sera».

À lire également