Monde Londres

Au Parlement européen, un premier coming-out trans… forcé

24 nov. 2013

L’éue britannique Nikki Sinclaire a dû révéler qu’elle était née homme après avoir reçu des menaces du parti qui l’avait investie, le populiste UKIP.

Le Parlement européen a désormais, et pour la première fois, une députée ouvertement trans. Dans un livre à paraître demain au Royaume-Uni, l’élue britannique Nikki Sinclaire est sortie du placard – pour la deuxième fois. En 2003, elle avait déjà fait son coming-out en tant que lesbienne. Cette fois-ci, elle révèle qu’elle est née dans la peau d’un garçon. Elle a subi une chirurgie de réassignation à l’âge de 23 ans. Elle en a aujourd’hui 45. Pourquoi s’être tue aussi longtemps? «Je pense, profondément, que la vraie égalité ne se produit que lorsque sa couleur, sa croyance, son genre ou sa sexualité cessent d’être des étiquettes accolées à son nom. Mais nous n’en sommes pas encore là.»

La députée a précisé qu’elle avait été poussée à révéler son parcours de genre après avoir reçu des menaces du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, UKIP. C’est sur les listes de cette formation populiste antieuropéenne que Nikki Sinclaire avait été élue en 2009. Peu après, elle avait publiquement protesté contre l’affiliation de son parti au groupe parlementaire Europe libertés démocratie, aux côtés de la Ligue du Nord italienne, des Vrais finlandais ou du parti Ordre et Justice lituanien de Petras Gražulis – notoirement xénophobes et homophobes. Ce coup de gueule lui avait valu une exclusion des rangs de UKIP.

Rancune tenace
UKIP aurait gardé une rancune tenace contre Sinclaire: «Ils ont menacé d’exposer cela et c’est ainsi que j’ai ressenti le besoin de parler, a-t-elle expliqué à la presse britannique, rapporte PinkNews. En fait je voulais mettre les choses au clair avant que quelqu’un arrive avec une version déformée.» Nigel Farage, leader de UKIP a démenti être «au courant de quelconques menaces à Nikki Sinclaire», récemment visée par des insultes homophobes émanant d’un député de UKIP. Par ailleurs, la Britannique de 45 ans est sous enquête pour une affaire de fraude sur ses dépenses en tant que parlementaire européenne.

À lire également