Sexualités

Parlez-moi de sexe, c’est bon pour la santé

Selon une étude de la très sérieuse Université de Cleveland, plus on parle de cul, mieux on se porte. Alors causons, puisque ce sont les chercheurs qui l’ont dit…

«Les grandes personnes aiment les chiffres», disait le Petit Prince. «Elles sont comme ça. Il ne faut pas leur en vouloir.» Oui, nous aimons les chiffres, et mieux encore, nous aimons les comparer, surtout si c’est sexuellement vital. A commencer par cette verge qui nous obsède. 14,5cm est la taille moyenne internationale de la bandante. 17,93cm d’amour pour les Congolais, 9,7cm de petite extase pour les Coréens du Sud. Le professeur irlandais Richard Lynn croit en connaître la raison: la taille dépend de l’intelligence ou des conditions climatiques environnantes de celui qui la montre.

L’étude se complexifie si l’on choisit d’associer le mètre aux kilos de viande consommés. Jean, Jules, Jim, James, John … Je ne sais plus, je recompte, et surtout je recommence. Oui, car la moyenne de partenaires sexuels est peut-être située autour des 5 pour une femme et de 12 pour un homme selon le très sérieux Figaro, mais que cela ne nous empêche pas de vivre dans une réalité toute autre et bien saine d’ailleurs! Ceux qui ne pratiquent pas assez l’acte sexuel sont 2,7 fois plus susceptibles d’avoir une crise cardiaque que ceux qui baisent follement et régulièrement, révèle avec fracas le Tufts Medical center. Et toc!

Une cuillérée de sperme?
Le sexe peut donc être bon pour la santé et sous toutes ses formes. La masturbation chez les hommes réduirait le risque du cancer de la prostate selon une étude de 2003, tandis que chez les femmes le plaisir solitaire augmenterait le seuil de résistance à la douleur et produirait un effet analgésique. Plus besoin de drogues ou de médicaments quand nos mains fonctionnent. Et ce n’est pas fini: le «New York Post» affirme que les accros au sexe dit hors normes, entendez par là BDSM, ont une vie plus saine et moins névrosée que leurs semblables au goût vanille.

En parlant de saveurs, inutile de faire un régime si la pratique est régulière puisque pas moins de 200kcal sont dépensées lors d’un rapport de 30min. Attention, toutefois, trop d’appétit tue la gourmandise. Attendez-vous à une moyenne de 5kcal par cuillérée de sperme avalée. Livescience recommande par conséquent des solutions à cet effet pervers: le gingembre augmente la fréquence cardiaque et permet au sang de mieux circuler ; les mûres permettent d’accroître et la libido et l’endurance grâce à une forte teneur phytochimique ; les huîtres, riches en zinc, sont une source vitale de production de testostérone et de sperme dit vigoureux ; enfin, la pastèque contient de la citrulline, un acide aminé essentiel au système cardiovasculaire et à la détente des vaisseaux sanguins. L’effet sur l’impulsion sexuelle est immédiat.

Allô!?
Après de telles nouvelles, je vous entends déjà taper le numéro de votre verge préférée. Si seulement. Le problème c’est que cette dernière s’appelle Helmut. Et comme tout bon Allemand qui se respecte, parmi cinq de ses congénères, lui seul préférera renoncer au sexe plutôt qu’à Internet, dixit le magazine Neon. Inutile d’appeler William non plus. Il fait indéniablement partie du tiers des Britanniques, dénoncés par Vodaphone, qui répond au téléphone pendant l’amour. Dear Lord. Faut-il dès lors effectivement prier pour arriver à ses fins? Pourquoi pas. Il est du moins recommandé de passer à l’Eglise pour se marier. Timeout souligne en effet que les couples mariés auraient cinq fois plus de rapports que les jeunes célibataires libres comme l’air … Amen. Ce n’est pas pour autant que les hommes ont la vie sauve, car s’ils trompent leur partenaire, ils seront susceptibles, au pire, de mourir tôt selon l’American Heart Association, ou risquent, au mieux, de s’endormir après l’acte, puisqu’ils sont ainsi programmés si l’on en croit le renommé docteur français, Serge Stoléru.

Gauche ou droite
Dans ces cas-là, mieux vaut être une femme, selon une étude de la Rutgers University. Son orgasme, qu’il soit intérieur ou extérieur, lui permettrait de lutter contre la dépression, les douleurs musculaires et même l’obésité. Et si le vagin vous manque, causons politique avec des Français. La pratique de la sodomie serait plus élevée chez les sympathisants des formations politiques protestataires que chez les partis du gouvernement. Merci IFOP, dieu du sexe.

Je m’égare. Les chiffres vont finir par me donner la migraine. Vous n’auriez pas un valium? Pardon? Je dois coucher pour cela? Le sexe serait dix fois plus efficace. Mais alors servi de préférence, par un Congolais fétichiste, membre du parti Pirate, avec une bonne tartine à la confiture de mûres.

_________________
25 nov. 2013   Thèmes: Étiquettes : ,

À lire également