Community

Queersmas Market

Lausanne, dim 17 décembre, 12:00
Bars & Clubs
#non mixte

Le Salon #2

Fribourg, jeu 14 décembre, 18:00
Bars & Clubs

36 gr.

Genève, ven 22 décembre, 23:00

«J’aimerais bien explorer le tantrisme»

«J’aimerais bien explorer le tantrisme»
«J’ai essayé le massage de la yoni, ça m’a plu, et maintenant j’aimerais bien explorer

«J’ai essayé le massage de la yoni, ça m’a plu, et maintenant j’aimerais bien explorer le tantrisme.»

Ravi·e·x de lire que tu as aimé cette pratique! Le tantrisme est un art ancestral mêlant culture indienne et pratiques du Kâma Sûtra dont l’objectif est d’éveiller notre sensualité, notre spiritualité et d’atteindre des sommets (bon, peut-être pas le Mont Pèlerin) de plaisir intime à travers la variation des énergies qui nous traversent. Le massage tantrique peut se pratiquer de différentes manières, sexuelles ou non. Hormis le fait d’avoir du temps devant soi (à éviter avant la visite des parents), l’un des éléments centraux dans le tantrisme est la respiration. Sollicitée de manière consciente, elle permet de réveiller des énergies comme la Kundalini, qui se trouve en bas du dos. Lorsque tu inspires, imagine que ton sexe est le point d’accès à une puissante énergie qui se diffuse lentement dans tout ton corps.

Pour t’aider à la localiser, tu peux aussi contracter légèrement ton périnée au moment de l’inspiration. Assis·e·x en duo et en tailleur (de préférence nu·e·x, mais sans obligation) face à face, vous pouvez commencer par prendre conscience du rythme de vos respirations. Peu à peu, vous pouvez les réguler pour qu’elles soient synchronisées. Ensuite, vous pouvez réunir l’une de vos paumes de main et imaginer que l’énergie circule entre vous. Une fois cette osmose réussie, il sera possible de prolonger le toucher, voire d’initier un massage dont nous parlerons plus en détail dans une prochaine rubrique (on se réjouit déjà). Nous vous souhaitons une très belle ascension.

Camille Beziane, spécialiste en santé sexuelle, responsable de l’association les Klamydia’s
Aline Alzetta-Tatone, sexologue, co-fondatrice du Refuge-Neuchâtel