Culture

Déportation homosexuelle en France: Nouveaux éléments

Des recherches mettent en lumière l’existence de Français arrêtés et déportés pour homosexualité en zone occupée, entre 1941 et 1944.

Des nouveaux travaux historiographiques menés par la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD) ont mis à jour le parcours de 63 français arrêtés et déportés pour homosexualité. Pour la première fois, les travaux des historiens documentent des cas de déportation pour homosexualité depuis les territoires français occupés par l’Allemagne, notamment six hommes homosexuels arrêtés à Paris, avant d’être remis aux autorités allemandes.

Unique témoin
Jusqu’alors, les historiens n’avaient pu apporter la preuve de déportations d’homosexuels français qu’à l’intérieur de territoires annexées par le Reich, à savoir l’Alsace et la Moselle. Arrêté en 1941 à Mulhouse, puis déporté au camp de concentration alsacien de Natzweiler (Struthof), Pierre Seel (1923-2005) est à ce jour l’unique Français à avoir témoigné de ce sort. En outre, les recherches de la FMD ont mis en évidence la présence à Natzweiler de 15 Français déportés au titre du Paragraphe 175 depuis l’Allemagne, où ils travaillaient au Service du travail obligatoire (STO). Selon les archives du camp, 215 hommes y étaient détenus pour homosexualité, dont une large majorité d’Allemands. 91 hommes y périrent.

_________________
12 nov. 2007   Thèmes: Étiquettes : , , ,

À lire également