Agenda
#exposition #Théâtre

Daniel Hellmann, Planet Moo

Genève, dim 5 février - jeu 16 février
Bars & Clubs
#Cinéma

Afterwork queer Priscilla, reine du désert / des places à gagner!

Lausanne, mer 8 février, 17:00
Bars & Clubs
#Cruising

HRDR #13

Bâle, sam 18 février, 23:00

Kim de l’Horizon, la révolution des mots

Kim de l’Horizon, la révolution des mots
Kim de l'Horizon. Photo: Harald Krichel
Première personne non binaire à gagner le Prix allemand du livre en 2022 avec Livre de sang, Kim de l’Horizon détonne dans le paysage littéraire. Portrait d’un·e auteur·ice suisse aux récits dynamités. 

Un premier roman qui ensanglante les normes
Blutbuch, ou Livre de sang en français est un récit épistolaire entre le narrateur et sa grand-mère atteinte de démence. Le texte explore de nombreuses problématiques contemporaines: les sexualités, l’identité de genre, les traumatismes, les classes sociales, la santé mentale… Cette année 2022, il a reçu le Prix allemand du livre, l’équivalent du Goncourt. Une petite révolution dans les sphères de la littérature considérée comme légitime. Preuve en est, la résistance massive qu’elle suscite: Kim de l’Horizon subit un important cyberharcèlement à la suite de sa médiatisation, les réseaux d’extrême droite ayant lancé des raids de notes négatives sur les pages publiques de l’œuvre. Des attaques qui ont contraint sa maison d’édition à engager un service de sécurité. Il ne fait pas toujours bon être une plume du futur.

10

Créer la langue de demain
Dans le livre, le narrateur cherche à développer un langage particulier qui puisse rendre compte de la fluidité de son identité. Le pronom neutre «man», dérivé de «Mann», «homme», y est remplacé par «mensch», dérivé de «Mensch», «humain». Iel utilise également «jemensch», néologisme signifiant «chacun». Une expérimentation grammaticale qui a largement contribué à convaincre le jury du Prix allemand du livre, lequel a salué «une langue à la puissance littéraire novatrice». L’auteur·ice défend l’explosion de la binarité dans les mots, à travers «un texte coquin qui ne veut tout simplement pas être hétéro». Une explication somme toute humble pour un récit d’une complexité et d’une recherche profondément éclairantes.

10

Une plume engagée…et ensorcelée
Disciple de Starhawk, militante écoféministe et écrivaine prolifique à l’origine, entre autres, de Rêver l’obscur, l’auteur·ice nourrit un domaine de prédilection: la sorcellerie et le féminisme. Iel anotamment écrit la nouvelle Finite Incantatem, grâce à laquelle iel a remporté en 2015 le concours littéraire de l’ancien magazine suisse Literarischer Monat. Dans cette même lignée, iel a écrit la pièce Hänsel & Greta & The Big Bad Witch, jouée pour la première fois en 2022 au Théâtre municipal de Berne. Kim de l’Horizon donne à voir cette inclination particulière dans le texte de présentation de son roman. Sa biographie indique qu’iel est «né·e en 2666» et qu’iel a étudié «la sorcellerie et la transdisciplinarité». Son attachement aux esthétiques écoféministes se retrouve même dans le titre, puisqu’en suisse allemand, «buch» signifie «livre», mais aussi «ventre» et «hêtre». Enfin, une partie du livre détaille des documents savamment compilés sur cet arbre, quand une autre s’attache à inventer les biographies de toutes les ancêtres féminines de la grand-mère, en remontant jusqu’au Moyen-Âge. Une approche presque mystique, qui révèle le profond lien que l’auteur·ice entretient avec la nature.

10

Artiste total·e, Kim de l’Horizon fait naître de sa plume des textes qui déstabilisent et réinventent la forme autant que le fond. Sa reconnaissance publique annonce les prémices d’un monde qui évolue (enfin) avec son temps. Soyez attentif·ve·s·x, il s’agit d’un·e écrivain·e à suivre: il est certain qu’iel n’a pas encore dévoilé toute sa magie.

10