Quotient Queer

Laurent Ruquier, un gai parmi les beaufs?

Chroniqueur et présentateur, Laurent Ruquier est l’un des rares visages de la télévision et de la radio française à être out en tant que gai. Mais est-il pour autant un défenseur de la cause LGBT, ou une énième célébrité réac?

Les Grosses Têtes, un podium pas très glorieux

Départ sur les starting-blocks pour Laurent Ruquier qui présente ni plus ni moins l’émission radio la plus homophobe et transphobe de France: Les Grosses Têtes. C’est ce que révèle l’Association des journalistes LGBTI (AJL), dont une enquête publiée en 2020 recense pas moins de 66 propos queerphobes en l’espace d’un mois. Une émission au ton potache et humiliant dont l’écoute, à titre personnel, me provoque plus de contractures musculaires qu’une séance de sport de deux heures et demi. Compliqué d’y voir autre chose qu’une obsession dégradante, puisque 83% des émissions étudiées contiennent des blagues stigmatisantes pour les personnes LGBTIQ+. L’association n’y va pas avec le dos de la cuillère: elle présente Ruquier comme un «véritable chef de bande», qui «recrée le schéma d’un harcèlement de cour de récréation».

0/10

Des positions peu encourageantes sur le droit des personnes queer

Sur la question du mariage pour tous·tes·x et de la parentalité queer, la figure de proue du paysage audiovisuel français étonne par sa mollesse, quand ce n’est pas par son opposition. Vaguement favorable à la PMA, étrangement silencieux lors des débats sur le mariage pour les couples de même genre en 2012, il est également un fervent détracteur de la GPA pour les couples gais. Une chose est certaine: on ne peut pas dire qu’il rayonne par son engagement politique. On lui accordera au moins le courage d’avoir fait son coming-out télévisuel en 1997, à une époque où l’absence de personnes célèbres out laissait présager de la difficulté d’être accepté·e·x en tant que personne LGBTIQ+.

2/10

Laurent Ruquier au théâtre: un horizon d’espoir derrière le carnage?

En 2018, Ruquier écrit et joue à Paris Pourvu qu’il soit heureux, une pièce de théâtre qui raconte l’histoire d’un garçon confiant son homosexualité à ses parents. Doutes, anticipation du rejet et peur de l’isolement: les tirades de l’acteur révèlent par l’humour le poison caustique que constitue l’homophobie, aussi bien chez les proches que chez les personnes concernées elles-mêmes. Une façon intelligente d’utiliser le stand-up pour sensibiliser à un enjeu encore trop d’actualité… et une occasion inespérée de relever une note s’annonçant médiocre.

8/10

Note finale: 3/10

Certain·e·x·s utilisent leur notoriété pour faire évoluer le regard sur leur communauté, quand d’autres sont visiblement victimes du syndrome du «gay pas comme les autres». Laurent Ruquier, qui met beaucoup d’énergie à se distancer des luttes LGBTIQ+, annonce très clairement son camp.

_________________
23 sept. 2022   Thèmes: Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

*

À lire également