Tendances Tel Aviv

Clubbing au goût de sang

22 sept. 2014

Les organisateur israéliens d’une dance party gay ont réussi un coup de pub à double tranchant en parodiant les sinistres mises en scène de l’Etat islamique pour leur dernier flyer.

Le nom de la soirée, Dreck («merde», en yiddish), en dit déjà long. Les organisateurs de cette party gay au Haoman 17, un des clubs les plus courus de Tel Aviv, ont provoqué un tollé en parodiant les scènes de décapitation d’Occidentaux filmées par l’Etat islamique en Syrie, ces dernières semaines. Le visuel de leur prochaine soirée consiste en une prise de vue qui reprend la sinistre pose du bourreau et de l’otage, en plein désert… mais en version homoérotique. «Nous avons décidé de nous soumettre à la Charia et à faire la fête à Da’esh (l’acronyme arabe de l’Etat islamique)», dit le flyer.

«Dégueulasse», «répugnant»: sur Facebook, la réaction de rejet a été très violente, rapporte Gay Star News, alors que l’EI a promis de mettre à mort les homosexuels dans les régions qu’il conquiert.

«Nous réagissons à l’actualité, comme nous l’avons fait depuis des années, se défend Imri Kalman, un des organisateurs des soirées. Nous refusons de participer à la peur et de devenir hystérique. C’est une manière pour nous de montrer notre mépris pour les jihadistes.»

À lire également