Bars & Clubs

Soirée Geneva Pride

Genève, sam 4 février, 18:30
Culture
#Danse

L’Homme rare

Genève, mar 7 février, 20:00
Bars & Clubs
#Cinéma

Afterwork queer Priscilla, reine du désert / des places à gagner!

Lausanne, mer 8 février, 17:00

«Jihad anal»: la rumeur qui affole la droite américaine

Un chercheur affirme qu'une fatwa encourage les candidats au martyre à s'introduire des explosifs dans l'anus. Un canular grossier, pourtant accrédité par le magazine gay «The Advocate».

C’est un bien étrange débat qui oppose en ce moment les sites néconservateurs aux forums de gauche américains. Après avoir fabriqué des slips piégés*, les jihadistes sont-ils capables de se fourrer des explosifs dans le derrière, voire de s’initier à la sodomie, afin de commettre des attentats suicides? Cette question stupéfiante a surgi la semaine dernière dans une publication signée de l’Américain Raymond Ibrahim, un chercheur arabisant du Gatestone Institute, un think-tank classé à l’extrême droite. Il commente longuement une vidéo de 2010 trouvée sur YouTube et qui prouve, selon lui, qu’il existe une fatwa autorisant la sodomie à des fins guerrières. Dans la séquence, qui provient de la chaîne Fadak TV, un homme que Ibrahim désigne comme le Sheikh Abu al-Dima al-Qasab, expliquerait que «Si le jihad ne peut être mené qu’à travers la sodomie, alors il n’y a rien de mal à ça». Le chercheur avance que le sheikh aurait «autorisé» le jeune kamikaze Abdullah Hassan al-Asiri à utiliser ce type de ruse lors d’un attentat manqué contre le prince saoudien Muhammad bin Nayif, en août 2009. Selon la version officielle, c’est le téléphone du jeune homme qui avait explosé.

Sheikh fantaisiste
Cette «trouvaille» a été reprise dans plusieurs médias américains, dont le magazine gay «The Advocate». Mais rapidement, d’autres sites ont examiné la vidéo. Electronic Intifada, un site de gauche radical pro-palestinien, soutient que Raymond Ibrahim est tombé dans un canular grossier. Il note que l’homme qui s’exprime dans la séquence n’est pas sheikh Abu al-Dima al-Qasab – un nom fantaisiste signifiant le «boucher sanglant» –, mais Abdallah Al-Khallaf, présentateur d’une émission intitulée «La morale des prophètes, que la paix soit sur eux». L’universitaire américain aurait aussi négligé de vérifier l’origine de la vidéo. En effet, la chaîne Fadak TV, basée au Royaume-Uni, s’adresse aux communautés arabes chiites au Bahreïn, en Arabie saoudite ou en Irak. D’où une certaine insistance du présentateur, note Electronic Intifada, à souligner que le prétendu «jihad anal» est le fait des Wahhabites, une école de pensée sunnite dont se réclament aussi bien les monarchies du Golfe que, sous sa forme radicale, la nébuleuse al-Qaida.

Entraînement à la sodomie
Electronic Intifada affirme que la vidéo cite la source de cette prétendue «fatwa», un post datant de 2009, publié dans la foulée de l’attentat contre bin Nayif, et qui apparaît encore sous différentes versions sur des forums de discussion arabes. Parsemé de «on dit que…» et de «Dieu seul sait…», il raconte que le sheikh aurait prescrit au candidat au suicide: «Accepte de te faire sodomiser pendant un certain temps afin que ton anus soit élargi et puisse accueillir les explosifs». Pour le blog de gauche américain, la manœuvre ressemble davantage à un «hoax» farfelu destiné à «inciter au dégoût contre les wahhabites» qu’à une fatwa.

Sur Jihad Watch, un site qui promeut des «best-sellers» tels que «Le guide comple du Coran à l’usage des infidèles» ou «La Mosquée de Ground Zero: la deuxième vague d’attaques du 11-Septembre», Raymond Ibrahim maintient sa lecture de la vidéo, affirmant que ses contradicteurs n’ont pas l’ombre d’une preuve que la fatwa lue à l’antenne n’est pas véridique.

* A Noël 2009, un Nigérian, entraîné au Yémen par al-Qaida, avait tenté de faire exploser son slip à bord d’un vol Amsterdam-Detroit.

Source: GayStarNews.

One thought on “«Jihad anal»: la rumeur qui affole la droite américaine

  1. Qu’ils s’enfilent des bâtons de dynamite dans le derrière, j’y vois aucun problème. Tant qu’ils font ça entre eux.

Comments are closed.