«Le Prophète» Capleton vient nous mettre le feu

Comme Le Matin Dimanche s’en fait l’écho, le chanteur jamaïcain Capleton – et ses textes incitant ouvertement au meurtre d’homosexuels – débarquent prochainement en Suisse.

Celui qui se fait appeler «le Prophète» ou «Fireman» devrait se produire à la Case à Chocs de Neuchâtel le 10 juin, avant Zurich le 11. Une autre date, à l’Usine de Genève le 13 juin, semble avoir été abandonnée, alors que le 25 le chanteur revient à Reigner près de Thonon-les-Bains (Hte-Savoie). Comme le signalait Tetu.com ces derniers jours, le chanteur jamaïcain a vu ses dates à Reims, Lille, Toulouse et Clermont-Ferrand annulées à l’initiative de collectifs LGBT locaux.

«Les pédés au bûcher»
Le chanteur, qui a livré quelques mémorables mélodies telles que Burn out di Chichi («Les pédés au bûcher»), ou Hang dem up («Pendez-les»), est dans le colimateur d’organisations américaines et anglaises depuis plusieurs années. Outrage a notamment attiré l’attention du public sur de nombreux textes sans équivoque. Exemple, dans Give har, «Sache que Capleton brûle les pédés / Le même feu pour les lesbiennes / Ouais, je brûle tout dès que je sais qu’ils sont gay. Tous les pédés et les sodomites doivent être tués.» Clin d’œil à ses préoccupations homophobes, à défaut d’en rajouter explicitement sur ce thème, le site Internet de l’artiste est parsemé de petits briquets. Ce qui n’empêche pas un fan français du reggaeman de s’interroger naïvement sur son forum: «Il aurait dit lors d’un concert ‘Nous devons assassiner nos frères gais’. Je ne suis pas familier des paroles, je suis plus sensibles aux vibes… mais je me demande: est-ce que c’est une citation ironique de sa part?» Gageons que les Neuchâtelois ne chercheront pas à le savoir.

À lire également