Genève
#exposition

Ex-eroticis: Art et fierté du livre secret

ven 26 avril - ven 31 mai
Lausanne
#places à gagner

The Armed

mer 5 juin, 19:30
Lausanne
#fetish

La SeXorcisto présente Lith Li

ven 26 avril, 21:00
Genève

Goudoux Manif

ven 26 avril, 19:00

Jeune gay jugé pour une attaque raciste sanglante

Un marginal de 29 ans a été condamné à 6 ans de prison pour l'agression au couteau d'un Angolais, en plein centre de Bâle. Ouvertement homo, il s'était défendu d'être raciste.

Un homme de 29 ans a été jugé par un tribunal bâlois, rapporte la «Basler Zeitung». Le 23 mars 2014, S. avait asséné plusieurs coups de couteau de cuisine à un homme de 65 ans, un Angolais, qu’il avait attaqué dans le quartier chaud de Kleinbasel. Apparemment sans raison. «J’espère que ce nègre va mourir. C’est des types comme lui qui sont le problème en Suisse», avait-il lancé aux policiers lors de son arrestation. La victime – que le prévenu ne connaissait pas – a miraculeusement survécu. Touché au foie et à la colonne vertébrale par la lame de 30cm, il restera handicapé.

L’accusation a souligné le racisme et la xénophobie de S. «C’est exagéré», réplique le prévenu. «Il n’y a pas de mobile, j’ai aussi des amis Albanais». Le jeune homme a longtemps fréquenté les milieux d’extrême droite bâlois, dont il dit s’être distancé vers l’âge de 22 ans. Il est aujourd’hui ouvertement homosexuel. Il a ajouté à ce propos qu’il lui arrivait de coucher avec des étrangers.

«J’avais peur»
Le jeune homme sans profession (il a abandonné sa formation de couvreur) est surtout un gros consommateur de shit, de cocaïne et d’alcool. Le soir des faits, son alcoolémie se situe entre 1,5 et 2,4 pour mille. Il a raconté qu’après avoir vidé cinq bières et autant de Jägermeister, il était rentré chez lui chercher le couteau, avant de ressortir. «Je me sentais poursuivi et j’avais peur», a-t-il expliqué. Aucun souvenir de son passage à l’acte, si ce n’est d’être «resté sous le choc, quand j’ai vu l’homme gisant dans la rue, en sang».

Son avocat a plaidé la tentative d’homicide involontaire et demandé une peine de 3 à 5 ans de prison. Il a souligné que l’accusé avait lui-même appelé la police et les secours. L’avocat général, lui, relève la lâcheté de l’acte. C’est un hasard que la victime soit encore en vie, a-t-il estimé. Il a requis 7 ans de prison, ainsi que des mesures en milieu fermé: «Ses déclarations à la police, ainsi qu’une lettre pendant sa détention attestent de sa motivation raciste.» Au terme du délibéré, mercredi, les juges bâlois ont condamné S. à 6 ans de prison pour tentative de meurtre. La peine a toutefois été suspendue en faveur d’une mesure de thérapie en milieu fermé, comme l’avaient recommandé des experts.

Publié initialement le 21.1.2015. Modifié le 22.1.2015 avec le verdict et des précisions sur les blessures de la victime.