Monde États-Unis

Mort de George Floyd: l’appel vibrant d’une élue trans

29 mai 2020

Andrea Jenkins est devenue en 2017 la première Noire trans à accéder à un siège législatif.

Femme, Noire et trans, la vice-présidente du Conseil municipal de Minneapolis Andrea Jenkins a appelé hier à ce que le racisme soit reconnu problème de santé publique, après le crime policier commis sur George Floyd.

Elle a ouvert sa conférence de presse en chantant «Amazing Grace», en mémoire de George Floyd et en soutien à ses proches. Andrea Jenkins, première femme noire trans élue en 2017 à une fonction de pouvoir public aux États-Unis, a donné hier un discours poignant pour la communauté noire américaine endeuillée. Celle qui se situe à l’intersection des groupes sociaux parmi les plus à risques face à la violence condamnait officiellement le crime racial commis par la police sur Floyd.

Lors d’une interpellation plus que musclée, cet Américain de 46 ans est mort lundi après de longues minutes et malgré ses suppliques, étouffé par le genou de l’un des quatre policiers l’ayant si violemment immobilisé au sol qu’il ne pouvait plus respirer

«Libérer nos cous»
«Nous ressentons toutes et tous ce genou plaqué collectivement sur nos cous – un genou qui dit qu’une vie noire ne compte pas pour les institutions qui maintiennent l’ordre dans notre société», a déclaré Andrea Jenkins, avant d’ajouter: «Ma fonction dans l’institution est de contribuer à libérer nos cous de ce genou. C’est le travail que je vais mener.»

La représentante du quartier 8, où Floyd a été tué, a ensuite appelé à ce que ses collègues élus de la municipalité et de l’État aillent plus loin et déclarent un état d’urgence sur le racisme, afin qu’il soit reconnu problème de santé publique. Une condition sans laquelle, pour Jenkins, il ne sera pas possible d’éradiquer les violences et la haine raciale systémique, cette autre épidémie qui gangrène la société américaine depuis plus de 400 ans.

L’image de «virus raciste» utilisée par Jenkins est une analogie d’autant plus sombre, dans un contexte sanitaire ébranlé par la crise de Covid-19, tant la pandémie a continué de révéler les inégalités sociales devant l’accès à la santé, touchant déjà très largement les communautés précarisées afro-américaines.

#Icantbreathe
L’insoutenable vidéo du meurtre de Floyd, filmée par un témoin de la scène et rapidement devenue virale, a renouvelé l’attention nationale face aux épisodes tragiquement familiers de violences policières à l’encontre des communautés noires, et la réactivation des slogans #Icantbreathe et #blacklivesmatter sur les réseaux. Mais au-delà du crime en lui-même, la frustration face à l’absence de poursuites judiciaires immédiates a entraîné une vague d’indignation, déclenché des manifestations de protestations dans tout le pays, tournant à l’émeute dans la capitale du Minnesota. Plusieurs affrontements avec la police et incendies ont été répertoriés et d’autres villes, comme Los Angeles.

Suite aux premières nuits de violences à Minneapolis, l’émotion est vive jusque dans les discours de plusieurs officiels. Le maire démocrate Jacob Frey a exigé publiquement que les policiers – uniquement licenciés pour l’instant – soient traduits en justice. Tout comme lui, Andrea Jenkins s’est adressée directement aux manifestants dans la rue, reconnaissant comme légitimes les frustrations et la colère qu’ils expriment, mais condamnant fermement tout acte de violence et implorent un retour au calme et à la paix.

1 comments

Des criminels qui meurent lors d’une arrestation car ils ont menacé ou tenté de fuir la police au lieu de coopérer, il y en a plusieurs par jour aux USA.
Pourquoi défendre celui-ci, alors que son mauvais comportement avec la police a été attesté ? De plus c’était un criminel récidiviste.
Les LGBT qui soutiennent sa cause donnent une mauvaise image d’eux-même envers la population.

Comments are closed.

À lire également