Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00
Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00

Migrants invités à mentir sur leur orientation sexuelle?

De mystérieux «anarchistes» conseilleraient à ceux qui veulent traverser la Manche de se dire homosexuels face aux autorités britanniques. «Absurde», selon une organisation d'aide aux requérants LGBT.

Plusieurs médias britanniques, dont le «Daily Mail», affirment que les migrants qui tentent d’entrer en Angleterre depuis Calais sont invités à affirmer qu’ils sont gays, afin de s’attirer les faveurs des services des services de l’immigration britannique. «Préparez bien votre histoire», pourrait-on lire sur des documents affichés dans «jungle» de Calais.

Quotidien populiste aux relents xénophobes, le «Mail» ne présente aucune photographie de ces tracts prétendument rédigés en anglais et en arabe.

Collectif nébuleux
Toutefois, un article du «Telegraph» semble confirmer que de tels documents circulent. Ils sont attribués aux nébuleux collectif No Borders. Ce groupe qualifié d’«anarchiste» a notamment été dénoncé par un syndicat de police français comme «manipulant» les occupants dans la «jungle» de Calais et aidant les incursions dans les terminaux frontaliers.

Le fameux tract conseillerait en fait aux migrants de se choisir une «catégorie» qui justifie pourquoi il sont en danger dans leur pays, citant parmi divers exemples «le fait d’être gay dans certains pays».

«Une absurdité»
«Il n’y a aucune preuve tangible que des gens mentent sur leur sexualité pour demander l’asile, et à plus forte raison qu’ils l’obtiennent ainsi. Penser qu’il est plus facile de demander l’asile à partir de tels motifs est une absurdité», explique Paul Dillane, du UK Lesbian and Gay Immigration Group, un groupe de soutien aux réfugiés LGBT, à Pink News. Il rappelle que les autorités britanniques font preuve de peu de sympathie à l’égard des requérants LGBT. En outre, les réfugiés risquent gros en se présentant comme homosexuels.