Il pensait son fils de 8 ans gay: tortures et meurtre

La mère et son compagnon ont fait subir les pires atrocités à l’enfant, avant de le tuer avec un flingue. Tout ça parce qu’il jouait avec des poupées.

Il s’appelait Gabriel Hernandez, il avait huit ans. Il jouait avec des poupées. Une habitude qui n’a pas plu au compagnon de sa mère. Après lui avoir fait subir les pires atrocités du monde, avec la complicité de la mère, il l’a abattu d’une balle.

Huit mois de souffrances

Il l’aspergeait de spray au poivre, l’obligeait à manger son vomi, lui interdisait d’accéder à la salle de bain. Aussi sordide qu’atroce. Pendant huit mois. Avant de lui tirer dessus avec un fusil à pompe. Les deux Américains ont bien entendu été déférés devant la justice.

La sentence vient de tomber. Prison à vie, sans remise de peine conditionnelle. Ils ont échappé à la peine de mort de justesse, en changeant leur plaidoyer de «non-coupables» à «meurtre au premier degré».

Les défenseurs satisfaits

Les soutiens du malheureux garçon sont satisfaits de la sentence, aussi étonnant que cela puisse paraître. En effet, s’ils avaient été condamnés à mort, le procès encore pu durer des années, dans une Californie qui n’a pas infligé la peine capitale depuis des années.

Le site Queerty, indique que les deux bourreaux seront enfermés en compagnie d’autres prisonniers au lieu d’être isolés. Et les tueurs d’enfants ne sont de loin pas bien accueillis dans les prisons. Voire torturés.

À lire également