Passager gay insulté et débarqué par easyJet

«Pédé de merde»: c’est le terme qu’aurait lancé une employée de la compagnie à l’intention d’un voyageur jugé trop véhément. Le vol est parti sans lui.

(version mise à jour, 27 octobre, 15:25)

Un Vénézuélien de 33 ans se souviendra de son voyage à Paris, même s’il n’aura pas vu la Tour Eiffel. Le 23 octobre dernier, Germain U. s’apprête à prendre son vol easyJet en partance de Barcelone, quand il entend une employée au sol d’easyJet (et non une hôtesse, comme précédemment rapporté) faire une remarque désobligeante à l’encontre de passagers français. Il proteste, mais est rabroué de manière insultante par l’employée. Celle-ci lui aurait répliqué que «s’il n’était pas content, il pourrait se fourrer la langue dans le cul». Le ton monte, et la femme finit par lancer, devant les autres passagers, qu’il était «juste un pédé de merde de plus».

Policiers alertés
Le trentenaire se retrouve bientôt interdit d’embarquer par la même agente du handling. Un autre employé intervient, et permet à Germain U. d’entrer dans l’appareil. Sauf qu’entre-temps, la Guardia Civil, appelée par la première employée, arrive sur les lieux et somme Germain de resortir. L’avion part finalement sans le Vénézuélien, qui portera plainte. Il souligne n’avoir rien fait de répréhensible. La femme aurait été entendue par les policiers: elle se serait dite certaine que la plainte du passager serait «classée». A ce jour, Germain U. n’a pas obtenu de remboursement d’easyJet. Pour le transporteur, le billet (300 euros) a été «utilisé», et ne peut donc être remboursé.

(Source: UniversoGay. La précédente version, basée sur Gaypress.es contenait des imprécisions, relevées par nos lecteurs)

16 comments

C’est visiblement la version de la « victime » qui est rapportée ici. Si les employés d’EZY ne sont pas toujours le comble du raffinement, les passagers sont bien souvent revendicatifs, agressifs, mesquins. Tout le monde a vécu au moins une fois une foire d’empoigne à l’embarquement d’un vol easyjet ou ryanair. Et l’équipage à parfois du mérite à garder son sang froid devant des attitudes méprisantes de certains de leurs clients. Malgré tout, ça n’excuse pas un tel comportement (s’il est avéré) de la part de l’hôtesse.

Mince, s’ils débarquent tous les gays, ils vont être très vite en sous effectif de personnel chez Easyjet 😉

Mouais mouais mouais… Je peine à croire cette version, connaissant en plus le côté très gay-friendly des PNC, notamment ceux de CDG. Et ça ne ressemble vraiment pas à un langage employé avec les passagers, même les plus énervants. Qui plus est, l’histoire n’est pas très compréhensible.

Juste que l’on m’explique ce que faisait l’hôtesse hors de l’avion ?
Vu les temps d’escales court et chronométré d’Easyjet, je sais bien que: 1° – l’hôtesse n’a pas le droit de sortir de l’avion
2° – EN aucun cas, elle ne s’occupe des problèmes de bagages au sol…
Affaire louche et peu crédible !

Effectivement, toute cette histoire est assez fumeuse… les articles espagnols me paraissent assez incohérents. Est-ce que ça aurait pu se dérouler entre la passerelle et l’entrée de l’avion?

Bonjour, Je bosse pour Easyjet depuis 7 ans en Suisse, et cette histoire n’est pas du tout crédible sachant que nous n’avons pas le droit de sortir de l’avion entre 2 escales de 30mn seulement!.. Et si il s’agit d’une hôtesse au sol à l’aéroport de Barcelone, d’une part elle ne fait pas partie du staff Easyjet, et d’autre part elle n’a rien à faire dans l’avion après la fermeture des portes.. lol.. sauf si c’est une passagère.. donc étrange tout ça!

A très vite sur un vol Easyjet.. vous verrez que le personnel fait son possible pour être le plus friendly possible quant à l’attitude de certains passagers qui prennent l’avion comme ils prennent le bus!!.. 😉

Pour connaître le professionalisme des équipages Easyjet base à CDG cette version est plus que trafiquée à la sauce de la victime dans le but de demander réparation. Certains homosexuels se comportent en victimes permanentes quand ils sont juste en effet pitoyable et argneux envers la societe.
Et en effet Easyjet est PLUS que gay friendly! Homophobie n’a pas sa place dans les équipages de cabines basés à CDG, sur les vols réguliers que j’ai fait!
Histoire louche à 300%

j’ai voyagé avec Easyjet ce week-end (Paris-Bristol), ce n’était pas la première fois, mais ce sera sans doute la dernière. Je n’ai jamais vu un personnel au sol aussi méprisant, pour ne pas dire de mauvaise foi et malpoli. A croire que le personnel avait été formé à décourager tout passager n’arrivant pas 1h à l’avance au check-in avec son sac à main déjà mis dans sa valise cabine.

j’ai toujours apprécié le personnel naviguant d’Easyjet (qui n’est pas en cause dans l’article), mais ils devraient mieux choisir leur prestataire au sol… s’ils ne veulent pas perdre des clients.

J’ai vécu une situation similaire avec Easy Jet, à Barcelone, il y a un peu plus d’un an. Ce n’est pas effectivement pas du personnel Easy Jet qui était en cause, mais la société espagnole qui gère les embarquements. Agressifs, homophobes, menacants, les agents ont tenté de m’empêcher de prendre l’avion, et ce n’est que grâce à l’appui calme et pondéré de mes camarades que j’ai pu embarquer. La direction de l’Aéroport de Barcelone n’a jamais répondu à ma réclamation, pas plus qu’Easy jet, qui aurait pu me soutenir. Je voyage souvent avec Easy Jet, le personnel est généralement inexpérimenté, maladroit mais sympa et leurs systeme d’embarquement complétement désuet, heureusement que les places pourront être prochainement réservées à l’avance. Pierre Genève

Choisir son personnel au sol??? Easy ne fait que sous-traité. Easy ne choisit pas la qualité d’un prestataire, Easy paye le moins cher. Et à force de vouloir le moins cher… Ces pauvres hôtesses sol sont payées moins de 700€ par mois. Vous voudriez quoi? Un service Première?

je ne prend jamais ce type de compagnie, deux fois en 12 ans, une fois Suffit par compagnie (l’autre c facile à imaginer). ce type d’incident, étonnant?, n’est jamais mentionné dans une compagnie « normale »…

Comments are closed.

À lire également