Bars & Clubs

Livresse, c’est la fin!

Genève, ven 16 décembre, 17:00
Bars & Clubs

Bordello Happy New Year

Lausanne, sam 31 décembre, 23:00
Agenda
#Théâtre

Music Hall

Genève, lun 5 décembre - dim 18 décembre

Tove, libre et passionnée

Tove, libre et passionnée
Alma Pöysti dans le rôle de Tove Jansson. © DCM Film Distribution
Avec «Tove», la réalisatrice Zaida Bergroth a consacré un biopic à Tove Jansson, grande artiste bisexuelle, qui a conquis le monde avec ses Moumines, mignons petits trolls.

Tove Jansson, née en 1914 et morte en 2001, est célèbre pour sa création des légendaires Moumines, mignons trolls au look hippopotamesque. Finlandaise faisant partie de la minorité suédoise du pays, elle est née à Helsinki d’une mère illustratrice et d’un père sculpteur bien coté. Tyrannique, ce dernier dédaigne les croquis fantaisistes de sa fille, estimant que ce n’est pas de l’art. La jeune femme plaisante en prétendant vivre dans son ombre, mais elle n’en connaît pas moins un plus gros succès avec ses tableaux, ses bandes dessinées, ses romans et ses nouvelles.

Monument en Finlande, cette artiste fait l’objet d’un biopic au titre éponyme, réalisé par sa compatriote Zaida Bergroth. Tout en racontant comment ces petites créatures fantaisistes, destinées aux enfants et d’abord gribouillées par amusement, ont conquis le monde, la réalisatrice se penche plus particulièrement sur la vie amoureuse de Tove, et sa bisexualité, en décrivant une décennie de sa vie à partir du milieu des années quarante.

La vingtaine, yeux bleus et cheveux blonds au carré, celle que l’on découvre fauchée au début du film mène une vie extravagante, fréquente des soirées illégales, se fiance brièvement avec un homme politique marié. C’est à ce moment qu’elle crée les Moumines et publie, en 1945, le premier livre de leurs aventures Moomin et la grande inondation. Lors d’une soirée, elle rencontre la fille du maire d’Helsinki, Vivica Bandler, directrice de théâtre, dont certains se moquent en disant qu’elle se prend pour une metteuse en scène. Ce qui n’est pas lui rendre justice.

Folle d’une grande séductrice
Belle, élégante, indépendante, dominatrice, c’est par ailleurs une grande séductrice dont Tove tombe follement amoureuse. Elles entament une liaison, mais Vivica, égocentrique et volage, lui préfère bientôt Paris, où elle décide de s’installer. Toutefois, si ce don Juan en jupons se préoccupe d’abord de ses sentiments, de ses envies et met un terme à leur relation, elle n’a pas manqué de vanter le talent et l’originalité de Tove, lançant en quelque sorte sa carrière. Tove fera ensuite la connaissance de Tuulikki Pietilä, une graphiste. Elle deviendra sa compagne pour le reste de sa vie et lui inspirera le personnage de Tou-ticki.

Tout en reconstituant dans les détails la scène culturelle d’Helsinki à l’époque, Zadia Bergroth brosse le portrait émouvant de son héroïne. On découvre une femme passionnée, émancipée, aimant la vie, adorant la danse et la musique, aspirant à une reconnaissance artistique dont elle ne se sentait pourtant pas toujours digne et revendiquant sans complexe sa liberté sexuelle. Elle est magnifiquement interprétée par l’irrésistible Alma Pöysti, qui se livre corps et âme dans cet opus d’une simplicité pleine de charme. 

Tove, de Zaida Bergroth, dès mercredi dans les salles romandes.