L’attrape-rêve européen

Quand l’immigration est à deux doigts de virer mal, la prostitution n’est jamais loin. Le destin tragi-comique de deux femmes se joue sur les planches du Galpon à Genève du 18 au 28 avril.

Elles sont deux. Des sœurs. La cinquantaine. Poussée à l’exil à la suite de démêlés judiciaires elles décident de quitter leur île pour conquérir le vieux-continent. L’occasion rêvée pour leur duo flamboyant et désuet – les sirènes des Caraïbes – d’assouvir un rêve de toujours: conquérir les planches européennes. Victoria fait miroiter à Gloria un contrat dans un club prestigieux à Genève. Elles embarquent dans un low-cost à destination de Nantes. Leur chambre d’hôtel française devient un sas de décompression entre passé et avenir.

Cette histoire, c’est celle de deux femmes, mais de tant d’histoires. Des histoires qui rappellent que l’immigration se fantasme souvent et que la réalité et parfois bien plus cruelle. «Le temps des Sirènes» d’Olivier Chiacchiari n’est pas là pour nous faire larmoyer. Juste comprendre. Pour l’auteur, cette pièce est «un huis clos tragicomique entre deux immigrées d’un genre très particulier. L’immigration, traitée sous son aspect féminin, y est présentée de façon décalée. Ces deux femmes n’émigrent pas pour subsister, mais pour chanter. Elles ne briguent pas une situation, mais la célébrité. En d’autres termes, leur motivation n’est pas économique, mais artistique.»

La Havane-Genève
La mise en scène a été confiée à Carlos Diaz, l’un des meilleurs metteurs en scène cubain actuel. Un homme qui a pour habitude de nous livrer son univers haut en couleurs, en contrastes, critiquant la société dans laquelle il vit avec ironie et humour sans jamais trahir le texte. Depuis 20 ans, il a sa propre compagnie « Teatro El Público » et depuis quelques années il a établi sa résidence au Théâtre du Trianon à La Havane.

La musique, le mouvement et le chant sont souvent présents dans ses productions. Des qualités réunies qui font de Carlos Díaz un metteur en scène idéal pour diriger Silvia Barreiros et Margarita Sanchez, deux hispano-suisses. La Compagnie Apsara, a été créée en 2001 à Genève. Et il ne fait aucun doute qu’elle nous contera avec brio, une fois encore, ces histoires de femmes au visage universel.

«Le Temps des Sirènes» d’Olivier Chiacchiari par la Compagnie Apsara. Au Théâtre du Galpon de Genève du 18 au 28 avril 2013. Mise en scène: Carlos Diaz.

À lire également