La tête qui monte

C’est un long garçon un peu dégingandé qui se présente à vous: Jean-Christophe de Vries. Ce garçon né à Lausanne il y a 24 ans est musicien et mélomane…

Après avoir étudié le piano au conservatoire de Lausanne, bien qu’il ait eu l’impression de jouer au pianiste plutôt que de jouer du piano, cet intrépide part pour Berlin où il s’initie à la danse contemporaine et au chant. La philosophie allemande et sa discipline intellectuelle lui plaisent. C’est à Berlin qu’il rencontre un violoniste polonais avec lequel il se lie d’amitié. Ce dernier lui révèle que son luthier officie dans le village de Cully. C’est un peu grâce à ce hasard qu’est né le festival Cully Classique il y a trois ans. Jean-Christophe fort de son expérience à Verbier s’est lancé avec quelques amis dans la fondation d’une telle manifestation qui à l’origine n’affichait que deux à trois concerts à sa programmation où son ami violoniste se produisait. Cette année, le festival ayant beaucoup grandi, le programme s’est étoffé et fait la part belle à Dmitri Chostakovitch dont on célèbre cette année, pour laquelle Mozart jouit d’un quasi monopole, le centenaire de la naissance.
Ce festival de qualité mené par une jeune équipe de douze collaborateurs accueillera, outre les musiciens de circonstance, des conférenciers (Pierre Michot et Jean Starobinski) qui présenteront des aspects de la vie du compositeur russe, pendant que les viticulteurs de la région proposeront aux festivaliers des dégustations du fruit de leur labeur. E.C.

Festival Cully classique
Du 22 au 25 juin 2006

À lire également