Pris sur le fif

Tendre et captivant, C.R.A.Z.Y. suit un jeune en quête de lui-même dans le Québec des années 60 à 80. Après un triomphe au Canada, ce film pudique mais plein de vitalité débarque sur les écrans suisses et français.

«Crazy», c’est d’abord une rengaine mélancolique de Patsy Cline, un disque que le père de famille vénère, on ne sait trop pourquoi. Car il est plutôt macho, le pater familias, et s’enorgueillit de n’avoir «fait» que des garçons. Et quand il découvre Zacharie, le petit dernier, en train de faire la «fifi», celui-ci prend une sévère raclée. Du coup, entre Zac et son père, c’est la guerre. Et Patsy Cline en sera la première victime… Garçon «fragile», défendu par sa mère qui voit dans sa différence un «don» de guérisseur, Zac est scruté par ses trois frères aînés, incrédules et railleurs. Pour eux, les jeux sont faits: le petit sera un «fif», une pédale. En grandissant, Zac tentera pourtant de se racheter: en roulant des mécaniques ou en se soumettant à des épreuves absurdes. Plutôt mort que fif.

Spirituel
Ayant attiré plus d’un million de spectateurs au Canada, le film de Jean-Marc Vallée doit une part de son succès à la reconstitution du Québec des années 60 et 70, entre catholicisme rustique et révolution des mœurs. Passé l’Atlantique, le film conserve son extraordinaire vitalité grâce à un montage rapide, des ellipses et des clins d’œil, sans oublier les dialogues québécois pur sucre, où «mangeur de graine» remplace avantageusement «suceur de bite».
Contre-pied du film gay rabâchant le cliché du coming out dans un univers hostile, C.R.A.Z.Y. montre que l’homosexualité réelle ou supposée de Zac n’est qu’un des problèmes qui se posent à la famille, singulièrement à un patriarche vieillissant et obnubilé par la transmission de ses «gènes». Dans ce contexte, les troubles amoureux et sexuels de Zac restent largement hors-champ. L’important réside dans le cheminement (que le film situe au niveau spirituel) qu’entame le jeune homme sur le point de s’affranchir de ses propres peurs, et des attentes et certitudes de ses proches, afin d’être enfin capable de les aimer pour eux-mêmes.

C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée
(Canada, 2005) Sortie en Suisse romande le 3 mai.

À lire également