Tendances

Le Village de Montréal met son «gai» au rencart

Village gai Montréal
Photo Instagram/@villagemontreal

Pour désigner le quartier entourant la célèbre rue Sainte-Catherine, les Montréalais·e·s sont invité·e·s à repenser le nom de leur «Village gai». Mais le «2SLGBTQ+» proposé suscite des grimaces.

Alors qu’ils tournent au ralenti en pleine pandémie, les quartiers historiquement gay d’Amérique du nord en profitent pour faire un peu de ménage. À Montréal, l’association des entrepreneurs de la fameuse rue Sainte-Catherine et des rues adjacentes a ainsi publié un post très remarqué, mercredi sur Instagram. Elle y demande au public de troquer l’expression «Village gai» contre «Village» tout court, ou d’y accoler de nouveaux termes.

«Tu as peut-être l’habitude de m’appeler le Village gai. Mais en 2021, j’aimerais ça que ça change. Parce que l’inclusion et la diversité sexuelle et de genre, c’est très important pour moi», peut-on lire. La Société de développement commercial du Village poursuit en proposant d’embrasser l’acronyme 2SLGBTQ+, avec à l’honneur le «2S» de bispirituel («two-spirit»), identité portée au sein des communautés autochtones.

Interrogé par CTV, un représentant de la Société a expliqué qu’une partie des visiteurs du Village ne se reconnaît pas dans le terme «gai» et peut éprouver de ce fait un malaise, voire un sentiment d’insécurité.

Quelle inclusivité?

Sur les réseaux, les réactions étaient évidemment contrastées, les un·e·s estimant que l’adjectif «gai» était déjà tombé en désuétude, d’autres exprimant leur exaspération face à des sigles illisibles. D’autres encore relativisaient ce toilettage, notant que les enseignes du Village demeuraient largement tenues par des hommes blancs cis: «Ils veulent être inclusifs, mais ils ne le sont pas eux-même.»

L’an dernier, le quartier rassemblant les principaux lieux LGBTQ+ de Chicago a entrepris de laisser tomber son nom semi-officiel de Boystown. Outre sa sonorité très masculine, cette appellation aurait une connotation raciste: «Un monument d’exclusion», avait estimé la journaliste noire Laura Washington. Une consultation lancée l’été passé a toutefois mesuré le large attachement des résident·e·s au nom historique: 58% se disaient hostiles à l’idée de débaptiser le quartier.

Thèmes: Canada  Québec  Urbanisme 

6 comments

« Un sentiment d’insécurité » parce que ça s’appelle Le Village… Gai? C’est une blague, non…? Ces insécures ont peur de quoi…? Qu’un menaçant gai tente de les séduire? Non… sérieusement, c’est une question futile et ridicule. Le Village Gai doit conserver son appellation, puisque c’est son identité.

wow ! si je ne me sens pas ‘reconnu’ dans la ‘Petite Italie’, bien j’y vais pas ! Idem pour le Quartier Chinois ! c’est quoi le délire de ce genre de monde qui s’invite à Castro Village à San Francisco sans se rendre compte qu’il est un petit peu quand même dans ‘le village gay’ de cette merveilleuse ville et c’est JUSTEMENT pour cela qu’il s’y rend ?!? en est-on rendu là à ‘enculer des mouches’ depuis un bout de temps ? appelons un chat un chat pis une chatte bien .. une chatte ! le ‘Village’ serait suffisant selon moi ! anyway, c’est plus souvent tel quel qu’autrement qu’il est nommé !

L’appellation du Village Gai,représente en soi la diversité…C reconnu comme un quartier hautement coloré avec acceptation de tous les genres…Pourquoi faire tout un drame et vouloir changer le nom? Soi-disant que certains ne se sentent pas inclus? C quoi tout ce cirque?…Au début du Village Gai ds les années 80′,combien de gens y sont passer,combien de visiteurs sont venus voir,ce village si coloré et plein d’énergie? tout le monde était bienvenu,peu importe le genre, la race,l’orientation sexuelle etc…pourquoi tout fucké ça? Personnellement je crois que ceux qui se sentent pas inclus ds le Village Gai,sont ceux qui ne s’acceptent pas eux-même d’être différents…C mon opinion!

Tout ce que vous avex écris est réel et du passé.

Ce que je ne comprend pas c’est que la direction de la ville de Montréal ne mentionne pas la vérité ou bien les innocents ne la connaissent pas.

D’OU VIENT( VILLAGE GAI )

lors de la construction de Radio Canada, la venue de TVA, TM, LES STATIONS DE RADIO ETC
A cette periode le secteur portait le nom de
(VILLAGE DES MÉDIATS )

Regardez les journeaux de l’époque ou bien les plus âgés se souviennent.

Lorsque la communauté gai bars etc ont quitté l’OUEST DE LA VILLE, PEEL, Guy etc pour s’installer dans l’est (actuel)

Ils ont transformé le nom de VILLAGE DES MEDIATS qui avait vraiment raison de porter ce nom et encore aujourd’hui

Pour changer
LE VILLAGE GAI

au début ce changement n’etait pas le bienvenue par les familles et Hétéros et encore aujourd’hui.

le VILLAGE veux revivre il doit acceuillir la population et non seulement la clientel gai vieillissente comme moi.

C’est changements depuis plusieurs années se font a St Francisco, Los Angeles, New York plus de village gai ils sont établis partout.
Les jeunes gais sont sur internet et non dans le village. Dans les bars c’est une clientel qui vieillit comme moi .
Si nous voulons sauver le VILLAGE il doit ētre pour TOUS et non une clientel particulière
L’image des années 80- 2000 environ c’est du passé.

Je suis retourné a Ibiza la ville éternel des party et gais

Tout à changer pour attirer une clientel général.
Les Party c’est du passé

Madrid dont le Québec nous sommes bien présent les gais sont partout etc

La plus belle exemple est New York les gais sont partout, bars, restaurant etc

Pausez vous la question comment faire quitter les jeunes de internet et les attirer dans des endroits jeune et dynamique.

(Le village gai) est vieux comme moi , le passé est hier.
Comment attirez tout le monde
Gais, familles etc .

Le VILLAGE pourrait revivre avec une nouvelle image dont nous les gais plus vieux ne voulont changer.

Lorsque nous parlons avec le peux de tourisme même gai —–
Leurs commentaires c’est vieux, salle, mendiants etc

Cette image doit changer pour le refaire vivre mais POSITIVEMENT et attirent.

Attention il n’y a que 26 lettres dans l’alphabet .. mais les nombres …. vous êtes OK … c’est à l’infini ! De zéro à ….. !
Pourquoi délimiter un quartier, dans sa ville ? Je n’y vois aucun intérêt, ne sommes-nous pas tous inclusifs ?

«Boystown, cette appellation a une connotation raciste, un monument d’exclusion» estime la journaliste noire Laura Washington.
WOOUUAAHH, être un simple garçon (sans précision de l’éthnie) désormais c’est être… raciste?!?
L’idéologie woke dévore vraiment tout sur son passage, inclus ses enfants.

Comments are closed.

À lire également