SonicFox, héros «gay, noir et velu» de l’e-sport

Consacré joueur de l’année aux Games Awards, le champion de 20 ans est devenu en quelques mois l’icône des geeks LGBTQ+.

Tout en devenant un phénomène mondial, l’e-sport semble prendre de vitesse le sport traditionnel pour faire sauter les barrières des genres et des préjugés. Un des représentants les plus exubérants et inspirants de cette évolution s’appelle Dominique McLean, plus connu sous son nom de guerre, SonicFox. Jeudi soir à Los Angeles, l’Américain de 20 ans s’est vu remettre le prix du Meilleur joueur de l’année lors des Games Awards 2018. Il en a profité pour livrer un long discours qui a décoiffé l’assistance.

«Je suppose que tout ce que j’ai à dire c’est que je suis gay, Noir et velu (furry) – tout ce dont un Républicain a horreur – mais aussi le meilleur jour d’e-sport de l’année!» a-t-il lancé à dans son costume de renard bleu. Il le porte en compétition depuis ses débuts, à 13 ans. Il assume aujourd’hui la connotation fétichiste de la tenue: «Je suis supergay… mais aussi, je suis apparemment un furry. Alors faites hourra à tous les furries

Les félicitations ont afflué après la cérémonie, rapporte PinkNews. «Nous autres LGBTQ sommes là pour de bon, et on devra compter avec nous», a tweeté un fan. En réponse, le joueur s’est réjoui d’avoir «fait en sorte que des tonnes de gens se sentent plus à l’aise avec ce qu’ils sont».

Revanche
SonicFox semble savourer sa revanche sur les homophobes de tout poil qui ont pu pourrir ses jeunes années, jusqu’à ceux qui le critiquent actuellement pour son enthousiasme à revendiquer son homosexualité. Cela avait commencé par un coming-out mémorable, en août dernier. Alors qu’il venait de remporter le Evolution Champioship Series, suivi par des centaines de milliers de spectateurs, il avait sorti son téléphone et tweeté: «Je suis gay, et aussi le meilleur joueur de Dragon Ball FighterZ de cette foutue planète. Ne l’oubliez pas!»

En quelques mois, le jeune New-Yorkais est devenu un avocat passionné des droits LGBTQ+. Il a notamment pris partie contre l’exclusion des femmes trans par les mouvements féministes radicaux (TERF): «Si j’avais un bouton pour deleter instantanément tous les TERF, j’appuierais sur ce truc vingt fois dans la même respiration.»

 

À lire également