Le rose à la mode dans les prisons américaines

Les services pénitentiaires de Texas et de Caroline du Sud testent les vertus de la couleur rose pour maîtriser les détenus… et instrumentalisent l’homophobie pour assurer l’ordre.

Depuis deux ans, certaines prisons de l’Etat américain de Caroline du Sud font porter aux détenus qui se livrent à des «actes à caractère sexuel» devant le personnel pénitentiaire une combinaison de couleur rose. Officiellement dirigée aux détenus se masturbant ou provoquant sexuellement des femmes employées de la prison, cette mesure viserait à protéger ces dernières contre le harcèlement sexuel. Déjà en 2006, une prison du Texas avait expérimenté une méthode similaire. Repeignant les cellules en rose, ainsi que le bâtiment de fond en comble, les services pénitentiaires avaient aussi imposé aux détenus le port de combinaisons roses, dans le but prétendu de «faire baisser l’agressivité», et surtout de «faire en sorte qu’une fois leur peine effectué, les détenus n’aient jamais envie de revenir.»

Humiliation

Pour l’un des prisonniers qui vient d’entamer une action en justice contre la prison de Caroline du Sud où il purge une peine de dix ans, la couleur rose est là pour imposer une humiliation aux prisonniers, purement et simplement. Qui plus est, cette tenue ouvrirait grand les portes à des abus sexuels de la part d’autres détenus. En d’autres termes, les autorités pénitentiaires joueraient sur la couleur rose, symbole de la féminité et de l’homosexualité, pour attiser l’homophobie des détenus entre eux. Une méthode qui a sans doute déjà enregistré d’excellents résultats.

À lire également