Ils veulent vous guérir

Voici cinq organisations, quatre américaines et une canadienne, qui rêvent de vous convertir à la sain(t)e hétérosexualité. Pour votre bien, dans l’amour et la compassion…

La plus grande organisation évangélique d’ex-gays des Etats- Unis et du Canada, Exodus International, a été fondée en 1976, avant que naisse sa branche européenne (1982), latino-américaine (1994) et brésilienne (2002). En 2012, mea culpa: le président d’Exodus International Alan Chambers avoue qu’il n’y a pas de thérapie pour soigner l’homosexualité. Il parle en connaissance de cause: marié et père de deux enfants, il confie au «New York Times» que des années de traitement ne sont toujours pas venues à bout de son attirance pour des hommes…

Desert Stream est quant à elle née de la scission en 1980 entre Andy Comiskey, un «ex-gay», et Exodus International. Cette organisation évangélique américaine (eh oui, toujours eux!), plus radicale encore qu’Exodus, est à l’origine d’un programme appelé Living Waters (Torrent de Vie), qui a organisé des séminaires de «réorientation» jusqu’en Suisse (voir notre encadré). Plus influente encore, NARTH (The National Association for Research & Therapy of Homosexuality), fondée en 1992 en Californie, propose en vrac thérapies de conversion et «autres régimes» pour changer l’orientation des individus. On y trouve aussi des cures pour soigner la dépendance sexuelle et … les victimes d’abus. Il y a aussi People Can Change, une association que l’on dit à l’ «ex-gay» Rich Wyler en 2000, secondé par David Matheson, un spécialiste de «thérapie d’affirmation de genre» (si si, ça existe).

Les deux comparses aident aussi les épouses éplorées à remettre leurs maris dans le droit chemin du lit conjugal, lorsqu’ils s’intéressent de trop près à leur meilleur ami … Ce petit tour d’horizon fondamentaliste serait incomplet si nous n’évoquions pas l’organisation canadienne francophone Ta Vie Ton Choix (2010).

Sur son site Internet, elle ne se prive pas d’accuser les organismes «censés défendre les droits des personnes homosexuelles», de leur cacher qu’elles ont «l’option de changer» si elles ne se sentent pas à l’aise. Du coup, c’est nous qui nous sentons mal à l’aise. Très mal à l’aise.

Quand les thérapies américaines s’invitent en Suisse

En 2012, le groupuscule évangélique Torrents de Vie, issu de l’organisation américaine Desert Stream et qui offre des cours en Suisse depuis 1997, a proposé à Bussigny (VD) un stage s’étalant d’octobre 2012 à juin 2013 pour aider notamment ceux qui auraient des «pulsions homosexuelles non désirées». Une pétition a immédiatement été lancée par l’organisation All Out pour dénoncer ces pratiques venues des Etats-Unis mais les cours ont tout de même eu lieu. En France, Torrents de Vie avait dû renoncer en 2011 à un séminaire à Toulouse après un vaste mouvement de protestation.

» La suite: Homosexuels Anonymes, une rédemption en 14 étapes

À lire également