@vousgam
Culture
#drag show

Dragâteloises

Neuchâtel, sam 10 décembre, 19:00
Agenda

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023
Agenda
#Théâtre

Foucault en Californie

Lausanne, ven 2 décembre - sam 17 décembre

Une étude révèle la persistance de l’homophobie chez les jeunes en Suisse

Une étude révèle la persistance de l’homophobie chez les jeunes en Suisse
Une étude réalisée en Suisse alémanique révèle une homophobie importante chez les 12-18 ans. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

C’est dans le cadre de sa recherche à la Haute École Pédagogique de Fribourg que Patrick Weber a pris le soin d’interroger plus de 2200 étudiant·e·x·s quant à leurs attitudes envers les personnes homosexuelles. Ainsi, on apprend que 44% des garçons se sentiraient «plutôt inconfortables» ou «très inconfortables» dans le cas où ils apprendraient qu’un de leurs amis est gay. Si l’on parle d’une personne du corps enseignant, ils sont 45% à donner ces mêmes réponses. Les attitudes négatives sont moitié moins présentes chez les répondantes féminines.

Des phrases chocs ont aussi fait partie des réponses, comme par exemple: «Les gays sont des malades mentaux qui n’arrivent pas à se trouver de copine», ou encore «Je veux juste que les gays soient éradiqués». L’étude souligne également que plus d’un quart des étudiant·e·x·s interrogé·e·x·s ont eu un comportement désobligeant envers au moins une personne (supposée) homosexuelle au cours des 12 derniers mois. 68% des jeunes ont déclaré avoir récemment traité des ami·e·x·s de «tapette» [Schwuchtel ou faggot] ou de «cochon homosexuel» [schwule Sau]. 40% ont déclaré avoir fait des blagues homophobes.

Ce qui est frappant dans cette étude, c’est que plus de la moitié (56.1%) des jeunes interrogé·e·x·s déclare ne connaître personnellement aucun homme ou garçon dont ils savent avec certitude qu’ils sont homosexuels. L’étude relaie tout de même quelques belles positions d’alié·e·x·s, et déconstruit certains préjugés islamophobes lorsqu’un jeune de 13 ans affirme: «Même si j’appartiens à l’islam et que je suis hétéro, je n’ai rien contre les gays.»

Enfin, Patrick Weber souligne l’importance des parents dans la formation de ces attitudes négatives à l’égard des personnes homosexuelles. Le chercheur rappelle également le rôle clé de l’école dans le développement de valeurs telles que la tolérance et l’égalité.