Le pacs, oui mais pas trop…

3 déc. 2003

Huit ans après la remise de la pétition «Les mêmes droits pour les couples de même sexe», le Conseil national a enfin approuvé la loi fédérale sur le partenariat enregistré pour les couples homos. Mais déjà un référendum se profile à l’horizon et risque de retarder la loi… Continuons comme cela, et la Suisse pourrait bien être le dernier pays de toute l’Europe à reconnaître le statut des couples homos.

Devant le Conseil national, la nouvelle loi sur le partenariat, qui est encore loin de l’égalité avec les couples mariés, a passé la rampe haut la main: 118 oui contre 50 non. Une tentative de la gauche faire inscrire la possibilité pour les couples de même sexe de faire valoir une candidature à l’adoption (ce qui ne garantit évidemment aucun droit automatique à l’adoption d’un enfant, comme pour n’importe quel couple) a toutefois été balayée. Un niet généralement salué par la presse qui, à cet égard, s’est particulièrement distinguée par le traitement simpliste qu’elle a réservé au sujet, ignorant tout de sa réalité. Il faut le déplorer: en Suisse, le débat sur l’homoparentalité se résume encore à de pures considérations émotionnelles. A cet égard, la presse romande, et en particulier le journal le Matin, a révélé toute sa médiocrité dans le traitement précis de ce thème. Et cela risque bien de continuer puisque l’Union démocratique fédérale – appuyée par certains élus UDC et toute la mouvance conservatrice des églises catholique et protestante – a déjà annoncé qu’elle lancerait un référendum contre le pacs. Nul doute que l’homoparentalité, bien que non concernée par le partenariat, servira là encore d’épouvantail à hétéros…