Suisse Zurich

Homophobie: la police accusée de détourner le regard

10 oct. 2020

Le PS de Zurich a déposé une interpellation urgente sur l’attitude de la police face aux incidents qui continuent de se produire au Niederdorf, quartier qui héberge plusieurs lieux nocturnes gay et queer.

Après une série d’agressions violentes en 2019 et début 2020, la situation est-elle revenue à la normale au Niederdorf, quartier gay historique de la Zurich? Pas vraiment, à en croire l’interpellation urgente déposée par le Parti socialiste au Conseil municipal, fin septembre. Il s’inquiète du climat toujours très tendu dans le quartier, mais surtout de l’attitude de la police.

Un incident survenu début septembre, rapporté par le magazine «Mannschaft», est symptomatique: un groupe d’une dizaine d’hommes s’était installé devant le Cranberry, un bar fréquenté par la communauté LGBTQ+. Des clients avaient été la cibles d’insultes et de menaces. L’un d’eux raconte qu’un des jeunes, téléphone en main, lui aurait lancé: «Je te filme, espèce de pédé! Tu verras ce qu’on en fait!» Par crainte d’une escalade, le client et ses amis avaient dû sortir de l’établissement par une porte dérobée. Ils auraient raconté la scène à une patrouille de police rencontrée peu après. «C’est vendredi soir à Zurich, malheureusement il faut faire avec», leur aurait répondu une agente.

Sensibilisation

Ce fatalisme tranche avec l’engagement pris par la Municipalité au début de l’année. Elle avait promis de renforcer la présence policière dans le Niederdorf pour prévenir les agressions homophobes et transphobes. Mais apparemment, le message n’est pas passé auprès des forces de l’ordre, déplore l’élu PS Alan David Sangines. Il plaide pour une meilleure sensibilisation des agents.

Interrogée par le «Tages-Anzeiger», Karin Rykart, municipale chargée de la police, regrette le comportement de la patrouille. Il ne répond, selon elle, «ni aux exigences de la police municipale ni à mes attentes».

Insultes et crachats

Marco Uhlig, patron du Heaven, principal club LGBT du Niederdorf, confirme que même si le nombre d’attaques physiques a diminué, les accrochages verbaux et les crachats se produisent encore régulièrement. Il a mis en place des «Awareness Teams» qui circulent aux alentours de l’établissement afin de désamorcer les tensions, voire documenter les incidents et alerter la police en cas de besoin.

3 comments

Toute la dissonance cognitive du PS, car les coupables ont TOUS en commun un fameuse culture que le PS importe massivement dans nos contrées! Tartuferie!

« un groupe d’une dizaine d’hommes » mdrrrrr et regarde juste comme à chaque fois ces journaleux de gauche REFUSENT catégoriquement de dévoiler quelconque détail sur les malfrats, et on sait pourquoi……

Puis y’a pas que les socialistes qui souffrent de dissonance cognitive, mais aussi la communauté LGBT dans son ensemble.

Ne vous méprenez pas: l’homophobie existe bien chez nous aussi, heureusement minoritaire, mais il y en a eu bien des dizaines de milliers à signer l’initiative de l’UDF contre la pénalisation de l’homophobie et on passera probablement à nouveau en votation pour le mariage pour tous…

Laisser un commentaire

*

À lire également