Genève
#Musique

Gaye Su Akyol

sam 18 mai, 20:30
Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Genève

Le T-dansant «voltige et papillonne»

dim 26 mai, 17:00
Lausanne
#places à gagner

The Armed

mer 5 juin, 19:30

Perplexité devant le récit du jeune gay devenu apprenti jihadiste

Le profil du Valaisan qui a témoigné d'un court séjour dans les camps rebelles de Syrie intrigue de plus en plus la presse suisse.

C’était vendredi, dans le «19:30» de la télévision romande: le témoignage exclusif d’un jeune Valaisan revenu des camps d’entraînement jihadistes en Syrie était lu à l’antenne. Le garçon de 30 ans manifestait ses regrets, expliquait avoir été endoctriné par des réseaux établis en France. Lui, il avait seulement voulu se rendre sur place «pour aider», pour des raisons «humanitaires». Au final, Sébastien (prénom d’emprunt) se serait échappé au bout de moins de trois mois. Il réapparaît en Suisse autour du 16 mars.

Jeune suisse lambda
Le récit a suscité un choc: Sébastien, 30 ans, a tout du jeune Suisse lambda. Il vient d’une famille valaisanne bien établie, c’est un passionné de photo, de montagne et de sports aériens. Il a d’ailleurs créé sa propre école de parapente.

Pour la «SonntagsZeitung» et «Le Matin Dimanche» qui ont publié un long article consacré au jeune homme, Sébastien est un jeune homme qui se cherche. Il a accumulé les expériences professionnelles et les formations sans suite et s’est lancé en politique, sur une liste PS locale aux élections valaisannes de 2012 – il n’est pas élu. Récemment devenu pompier volontaire, il est décrit comme une «recrue peu prometteuse».

Acteur porno et candidats au martyre
Et il y a son orientation sexuelle: le journal dominical alémanique laisse entendre qu’elle serait à l’origine de sa conversion à l’islam, en mai 2013. Peu après avoir prononcé la shahada devant l’imam de la Mosquée de Renens-Crissier (VD), il aurait dit à ses amis qu’il s’était «débarrassé de son homosexualité».

Or contrairement à ce que font habituellement les ex-gays, Sébastien n’a pas fait le «ménage» parmi ses relations et notamment parmi les 1600 amis (!) répertoriés sur son profil Facebook. Auteurs de selfies homo-érotiques, adeptes du bondage (et même au moins un acteur porno) y côtoient les amateurs de parapente et… bon nombre de militants islamistes posant devant le drapeau noir du jihad. Son compte public YouTube est tout aussi éclectique: on y cause musculation, prière islamique et explosion de four à micro-ondes.

Peu convaincant
Ce méli-mélo laisse perplexe devant la personnalité de ce jeune homme de 30 ans à la silhouette frêle. D’autant que le récit que Sébastien donne de son séjour en Syrie au côté de l’Etat islamique en Irak et au Levant, allié d’Al-Qaïda, ne convainc pas vraiment. Il dit avoir reçu une instruction sur le maniement des Kalachnikov et avoir vécu dans un camp qui abritait une sorte de pouponnière à kamikazes – un récit qualifié de «farfelu» par un expert cité par «Le Matin». «Le Temps» souligne également les incohérences de son parcours.

Aucun des deux médias ne remet toutefois en cause la présence en Syrie du jeune Valaisan, qui fait actuellement l’objet d’une enquête du Ministère public de la Confédération.