Bars & Clubs
#Cruising

HRDR #13

Bâle, sam 18 février, 23:00
Agenda
#exposition #Théâtre

Daniel Hellmann, Planet Moo

Genève, dim 5 février - jeu 16 février
Culture
#Clubbing #Théâtre

La Saint-Valentin queer

Neuchâtel, mar 14 février, 20:00

Homophobie: La police genevoise au parfum

L’association Dialogai a rendu public les résultats de son questionnaire sur l’homophobie à l’occasion de la Journée de lutte contre l’homophobie, le 17 mai dernier. Simultanément l’association a débuté un module de formation destiné aux policiers genevois en formation. Une première romande.

Lancé l’été dernier, le questionnaire sur les discriminations et violences homophobes a été rempli par 312 personnes, en majorité des hommes gays ou bisexuels (84%). A cause du caractère spontané des réponses, et du fait qu’il s’agit de la première enquête de ce genre, il est difficile de lire une tendance ou de généraliser les résultats. Néanmoins, 48% des répondants affirment avoir été victime d’un acte d’homophobie dans leur vie – insultes, propos discriminatoires principalement, mais également viols (14%) et agressions physiques (9%). Le rapport souligne que dans ces cas, peu de plaintes ont été déposées: près d’une fois sur 3 seulement dans les cas d’agressions, une fois sur 10 dans les cas de viol. Le plus souvent, ces plaintes restent sans suites. Pire, les plaignants ne sont que 9% à bénéficier d’une écoute «respectant leur dignité humaine». «La honte, la peur de l’agression morale, soit à l’hôpital, soit au poste de police, les humiliations supplémentaires, amènent trop souvent les personnes à se replier sur elles-mêmes», constate le rapport.

«Réaction géniale»
A l’automne dernier, Dialogai a entamé des contacts à ce sujet avec les autorités genevoises en charge de la police, notamment la Conseillère d’Etat Micheline Spoerri, remplacée depuis par Laurent Moutinot. Ces contacts ont permis l’intégration d’une «sensibilisation aux homosexualités» dans la formation des aspirants gendarmes. Selon le secrétaire général de l’association gay, François Haaker-Chijner, «les réactions des jeunes aspirants ont été franchement géniales. Ils ont osé poser des questions et se sont prêté aux jeux de rôle.» Dialogai compte prochainement proposer cet enseignement, conçu sur un modèle déjà utilisé auprès de la police bâloise, dans le cadre de la formation continue des policiers genevois.
www.dialogai.org