Handicap, obscur objet de désir…

Film-ovni, Devotee s’attache au désir que suscitent chez certains les corps hors norme. Un manifeste dérangeant et passionnant, qui renverse les perspectives sur la sexualité et le handicap.

Le visage d’un homme, les yeux clos, en gros plan. Lentement, un membre s’approche de sa bouche. Ce n’est pas une main, ce n’est pas un sexe… Alors qu’il se réveille, la caméra dévoile dans toute sa nudité quatre membres sans extrémités. Cette première scène qui met le spectateur à l’épreuve, est à l’image de Devotee: à la fois distancié et frontal, quotidien et hors norme. Des plans que le réalisateur Rémi Lange a voulus pour «se débarrasser de cette attente malsaine, et à la fois normale, du spectateur.» Passé ce préambule, on entre dans l’intimité d’Hervé, entre Paris et un petit village isolé où il vit. Jusqu’à sa rencontre sur le tchat avec Guillaume (Guillaume Quashie-Vauclin), beau jeune homme fasciné par les membres amputés – un «devotee», selon le terme consacré (voir encadré).

Dissymétrie
Président d’une association de gays vivant avec un handicap* Hervé Chenais s’est improvisé comédien à la suite d’une rencontre fortuite avec Rémi Lange. Pour lui, Devotee est d’abord un moyen de rappeler l’évidence: Un corps handicapé est un corps sensuel, ni plus, ni moins. De fait, on lui a posé mille fois la question: Comment on fait l’amour? comment on caresse? comment on se masturbe, lorsque l’on n’a pas de mains?… «Je ne m’imagine pas avec des mains. Quand je veux avoir des sensations, c’est mes moignons que j’utilise, tout simplement», explique-t-il sans fausse pudeur.

En tant que co-scénariste, Hervé a tenu à raconter sa recherche d’affection et de sexualité – une recherche au cours de laquelle il a croisé des «devotees». En riant, il les compare à des gourmands bousculant les clients d’une pâtisserie pour s’emparer de la dernière pièce… comme celui qui avait demandé à Hervé l’aéroport le plus proche pour son jet privé «…mais finalement ça ne s’est pas fait!» Pendant quelques temps, une relation s’était instaurée avec un autre devotee. «Lui y trouvais son plaisir, mais moi, pas le mien.» Dans le film, cette dissymétrie du désir s’exprime dans une scène charnelle entre Guillaume et Hervé. A l’excitation du premier répond la frustration du second, qui attend un baiser qui ne viendra pas.

Universalité
Quelque peu boudé par les festivals français, mais porté par le bouche-à-oreille international, ce nouveau moyen-métrage de Rémi Lange confirme le culot et l’impertinence du jeune réalisateur de Omelette et Mes parents. Mêlant sensualité, drame et humour, Devotee en déroutera plus d’un. Par sa thématique, mais aussi par certains de ses rebondissements un peu baroques, ou par l’aspect brut de sa production artisanale – un point assumé par son réalisateur, pour qui un tel film n’aurait pas pu se faire avec des acteurs professionnels et une équipe de tournage au complet.

Même imparfait, Devotee frappe par sa richesse et son audace, plus que par le choc passager provoqué par certaines images. Car au-delà de la question du handicap, il braque sa caméra sur le désir. «J’ai cherché à inviter les spectateurs à se poser des questions sur leur tolérance vis-à-vis de ces corps, mais aussi vis-à-vis de leur propre désir», explique Rémi Lange.
Devotee «déglingue le formatage», comme le dit joliment Hervé, en montrant comme désirable un corps radicalement différent. Mais il pose également la question universelle de la «fétichisation» de l’autre, de cette tendance croissante à composer «à la carte» son/sa partenaire idéal-e selon des critères physiques toujours plus pointus. Une tendance qui fait aussi un peu de nous des «devotees» et nous met au défi de garder en vue, au-delà du fantasme, l’humanité de chacun.

Devotee, de Rémi Lange – édité par les Films de Lange
http://lesfilmsdelange.blogspot.com

Association gay lesbienne handicap (AGLH), http://aglh.site.voila.fr

Devotees et handicapés: je t’aime moi non plus

Terme a priori sulfureux, au parfum de secret et de perversion, le mot anglais «devotee» aurait été adopté aux Etats-Unis dès les années 80 par les individus éprouvant une attirance sexuelle vers les personnes amputées, puis par extension, vers les personnes ayant certains types de handicap. Des formes de «paraphilies» apparentées ont émergé, comme celle des «wannabes» (personnes qui aspirent à être amputées) ou des «pretenders» (qui simulent un handicap). Aujourd’hui, une centaine de webforums discutant de ce type d’attirance ou de sites érotiques présentant des modèles (principalement amputés) témoignent de l’existence d’une communauté d’«admirateurs» considérable, même si leurs pratiques restent particulièrement mal vues. Et pour cause: le rapport entre une personne handicapée et une personne valide renvoie encore bien souvent à la notion d’abus – une idée renforcée par la statut de beaucoup de handicapés, sous tutelle ou curatelle.

Des proies faciles?
Les personnes handicapées dans le rôle de «proies faciles» et les devotee comme prédateurs? Paul, animateur de l’un des seuls sites en français «pour les handicapés et leurs admirateurs», Overground, balaie cette idée: «On oublie souvent que la personne handicapée voit sa personnalité se renforcer considérablement par le handicap.» Préférant à «devotee» le terme de «fervent», il précise: «Ce sont plutôt des personnes attirées sexuellement, mais pas uniquement, par d’autres personnes en tant que telles. Parce que le handicap en fait des personnes à leurs yeux ‘extra-spéciales’, beaucoup de fervents recherchent plutôt une relation durable.»
Gérard, l’un des animateurs du site participatif français Handigay, relativise: Les «devotees» restent un phénomène marginal pour les personnes avec un handicap. «Le film Devotee est beaucoup plus pertinent par rapport au devotee qu’à sa ‘proie’.» Il reconnaît qu’«une personne amputée peut avoir envie de se faire elle aussi un ‘plan devotee’ comme on peut être tenté par une soirée SM ou cuir… De là à en faire une façon exclusive de vivre sa sexualité, il y a un gouffre!» Et de conclure: «Il y a mille façons de vivre sa sexualité, multipliez-les par les mille façons de vivre un handicap, qui peut revêtir des milliers d’aspects, et vous obtiendrez des millions de situations.» A.G.

Plus d’infos :
> Overground, «pour les handicapés et leurs admirateurs» www.overground.be
> Portail gay et lesbien du handicap : www.handigay.com

1 comments

Devotee (en anglais) est traduit en français par fervent. Ce terme désigne une personne
attirée par les personnes handicapées.
J’ai été déçue de ne pas trouver de site francophone traitant du sujet du dévotisme au
féminin. Alors ni une, ni deux, je l’ai construis moi-même.
Etes-vous handicapé, à la recherche d’une devotee ?
Etes-vous dévotée francophone à la recherche de contact ?
Ou bien, tout simplement êtes-vous curieux ?
Alors, venez me rendre visite, venez participer au progrès de mon site web. J’attends vos
questions, vos réponses, vos réflexions, vos conseils , vos envies, vos désidératas, … Je
souhaite combler les manques d’un maximum de personnes.
devotee87.eklablog.com

Comments are closed.

À lire également