Augmentation des MST, merci Grindr

Des experts de la santé s’inquiètent de la flambée des cas de gonorrhées et de syphilis. Ils incriminent les applications qui facilitent les coups d’un soir.

A quelques mètres à la ronde, on peut trouver un partenaire pour une nuit. Grindr ou Tinder facilitent les rencontres occasionnelles. Et aussi les transmissions des maladies et infections sexuellement transmissibles. «Grâce à Grindr ou Tinder, vous pouvez attraper des chlamydias en 5 minutes», prévient Peter Greenhouse de l’association britannique pour la santé sexuelle et le VIH. En effet, des experts anglais ont constaté une inquiétante augmentation des MST et IST en quelques années. Et ils accusent les appli dédiées à la drague rapide.

Gonohrrée et syphilis en prime

Si Grindr interdit les profils avec une préférence pour des rapports sans protection, libre aux utilisateurs de faire ce qu’ils veulent dans l’intimité. GayStarNews rapporte les statistiques des experts: entre 2012 et 2013, les cas de gonorrhée ont augmenté de 19%, et la syphilis a progressé de 9%.

Une petite rencontre vite fait, avec une infection en prime, il y a une application pour ça aussi manifestement. Le porte-parole de Grindr s’est exprimé à ce sujet: «Nous essayons d’éduquer et informer d’une manière fun et engageante». Il a également précisé que des messages de prévention apparaissaient lors de la connexion. Encore faut-il que les utilisateurs ne zappent pas ces bannières comme une vulgaire publicité pour Farmville…

4 comments

Avant il y avait les saunas et autres lieux de drague extérieurs, ce n’était pas mieux. Je ne croix pas que l’application soit corréllée à cette flambée mais simplement la présence du germe qu’il faut éradiquer. La cour de Louis XIV était elle aussi pleine de MST…

Très franchement, il y tout de même beaucoup plus de chance que ce soit des discours abscons sur la prévention et l’inutilité du préservatif qui soient plus responsables de cette augmentation que Grindr. On baisait autant avant Grindr, avec des coups d’un soir, simplement on les rencontrait autrement !

Evidemment, on n’a jamais trouvé mieux que la chasteté ou le mariage gay fidèle pour éviter d’attraper des germes. Mais c’est plutôt chiant. Alors il faut maintenant que ces « experts en santé » arrêtent de donner mauvaise conscience aux homos avec leurs statistiques douteuses. Non seulement on baisait autant avant, mais on baisait plus et avec plus de partenaires. Les applications genre grindr ne permettent le plus souvent que des rencontres à deux assez banales, alors que dans les lieux de drague (parcs, saunas), on peut baiser à plusieurs et de manière plus excitante. Puisque grindr multiplie soit-disant les infections, alors revenons tous aux lieux de drague !!

Cet article dit vrai ! En effet, depuis grindr et autres applis.. les coups « d’un soir » et le nombre de partenaires par individu a bien augmenté dans les grandes villes, surtout chez les jeunes homosexuels.

Bien entendu ce n’est pas la rencontre d’un autre homosexuel qui pose problème, ce sont plutôt les pratiques sexuelles à risques. Et en terme de probabilité, plus on a de partenaires, plus on prend de risques.. C’est aussi simple que ça.
Il n’y pas à « condamner », simplement informer, et prendre des précautions. Chacun reste libre de ses pratiques..

Faut-il rappeler que grindr et les autres applis sont des business juteux (c’est le cas de le dire), qui savent se rendre addictives et qui poussent à la consommation.. En excitant et en utilisant des méthodes Marketing.. Maintenant est-ce que cela rend plus heureux ? à chacun de juger..

Comments are closed.

À lire également