Lausanne
#Théâtre

Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité

mer 15 mai - sam 25 mai
Genève

360° Fever Party

sam 1 juin, 21:30
Genève

Le T-dansant «voltige et papillonne»

dim 26 mai, 17:00
Genève
#Chorale

Les Genevoix présentent «Summer Lovin’»

sam 15 juin, 19:30

Les notes de frais sortent du placard

Le secrétaire d’Etat au Trésor britannique, David Laws, a été contraint de démissionner suite à un nouveau scandale de notes de frais. Ces fausses dépenses étaient censées masquer son homosexualité.

Décidément, rien ne va plus pour les personnalités publiques tentant vainement de dissimuler leur orientation sexuelle. Dans un monde où les politiques sont de plus en plus surveillés, David Laws aurait dû se rendre à l’évidence: sa relation avec James Lundie, qui avait débuté en 2001, devait être rendue publique un jour ou l’autre. Le numéro deux du nouveau gouvernement de collation a cependant opté pour la dissimulation en louant, à l’aide de l’argent de l’Etat, des chambres dans des propriétés de son compagnon, ce qui est formellement proscrit. Il a donc été contraint à la démission, moins de vingt jours après sa nomination.

Comme seule défense, l’ancien ministre affirme avoir uniquement tenté de cacher son homosexualité. Il aurait cependant pu toucher ces indemnités de manière tout à fait légale si James avait officiellement été reconnu comme conjoint. Cette attitude nous pousse à nous interroger sur les raisons d’une telle attitude. En effet, le politicien est issu d’un courant libéral, les Lib Dem, prônant le respect des libertés individuelles et s’engageant activement dans la défense des droits LGBT. De plus, la Grande-Bretagne permet les partenariats civils homosexuels depuis 2005. Rien d’objectif ne semble alors pouvoir expliquer le choix du placard.

La loi et le droit

Au delà de la liberté légale, il s’agit donc de considérer la liberté effective. En d’autres termes, la loi et ses textes ne correspondent pas forcément au droit, c’est-à-dire à ce qui est considéré comme permis ou juste dans les représentations des individus. Le cas de David Laws est, de ce point de vue, tout à fait intéressant, autant qu’il est tragique.