Monde

Homophobe, il voulait briser les mains de son fils chirurgien

Photo Flickr/J Pana (CC BY-SA 2.0)

Un retraité turinois a été jugé après avoir terrorisé les siens des années durant. Il avait fini par engager des hommes de main pour tabasser son fils et ruiner sa carrière.

Un homme de 75 ans a été condamné cette semaine à 2 ans de prison par un tribunal de Turin pour lésions aggravées et stalking, rapporte «La Repubblica». La victime est un chirurgien de 43 ans qui a vécu des années dans la peur de son père, tout comme sa mère et son compagnon.

L’élément déclencheur de cette haine? Des photos de paparazzi parues dans un magazine people montrant le praticien aux côtés d’un acteur connu, en vacances sur la Côte d’Azur. Alors que le père avait à peine réagi au coming-out familial – «Dommage pour les petits-enfants», avait-il soupiré à l’époque –, ce outing public l’avait mis dans un état de rage prolongé. Quatre années durant, il avait multiplié les insultes et les menaces, y compris sur son épouse, qui avait fini par obtenir le divorce après 42 ans de mariage.

Le retraité était allé jusqu’à faire tabasser le compagnon de son fils. En 2018, il avait approché un jeune Roumain pour s’attaquer directement au quadragénaire – cette fois en visant les doigts, dans le but avoué de le priver de son instrument de travail et de ruiner sa carrière.

Il avait promis à son homme de main 2500 euros pour effectuer la basse besogne, ainsi que d’autres missions comme crever des pneus de voitures. Pour justifier l’expédition, le septuagénaire lui avait prétendu que son fils était «un toxicomane et un alcoolique» qui ne devrait plus jamais opérer. Seulement le Roumain s’était vite rendu compte que ce n’était pas le cas, et il avait choisi de tout déballer à sa victime désignée. Terrorisé, le chirurgien n’a porté plainte qu’au bout d’une année.

Une loi urgente

L’affaire a fait grand bruit à Turin, et suscité de nombreuses réactions, y compris de la maire Chiara Appendino: «Nous pourrions être ici pour pleurer encore une autre victime de l’homo-lesbo-bi-trans-phobie qui, comme le montre l’actualité quotidienne, est absolument présente dans notre pays.» De son côté, l’association Arcigay Torino a rappelé l’urgence d’adopter la loi contre l’homophobie qui doit arriver prochainement au Sénat: «Nul ne doit vivre dans la peur en raison de son orientation sexuelle et de son identité de genre. C’est précisément pour cette raison que nous rappelons l’importance d’une loi qui protège les personnes LGBTQIA + de tels abus.»

Thèmes: Faits divers  Italie 

À lire également