Monde États-Unis

Plus d’un quart des LGBT américains auraient voté Trump

6 nov. 2020

Supporters de Donald Trump lors de la Pride 2016 à Bellingham, Washington. Photo: Robert Ashworth flickr/CC.

Un sondage de sortie des urnes du «New York Times» crédite le président sortant d’un étonnant bond dans l’électorat LGBT.

Les médias conservateurs jubilaient, hier, à la lecture du sondage de sortie des urnes publié mercredi par le «New York Times». On y découvrait, entre autres surprises, un soutien significatif pour le président Trump de la part de l’électorat LGBT: 28% déclarait avoir voté pour le sortant, contre 61% en faveur du Démocrate Joe Biden.

«Le récit de la gauche est absolument fracassé par ce résultat. Elle s’était si bien convaincue que Trump était un antigay sectaire…» commentait le site Washington Examiner, reprenant la théorie du «président le plus gay-friendly de l’histoire» déployée par l’équipe Trump au cours de ces derniers mois de campagne.

«Effrayant»

Aux antipodes politiques, Out.com qualifiait ce résultat d’«effrayant» compte tenu du bilan accablant de Trump: de ses attaques «contre les droits des étudiant·e·s trans à celles contre les services de santé LGBTQ+, les politiques de non-discrimination ou les personnes trans dans l’armée». Le site LGBTQNation, quant à lui, peinait à s’expliquer ce score, d’autant plus que l’échantillon de personnes LGBT interrogées était robuste (environ 1100 personnes sur 16’000). En 2016, lors de la précédente présidentielle, une enquête du même type avait donné 13% de soutien LGBT à Donald Trump.

Le commentateur afro-américain Charles M. Blow donnait à cette poussée une interprétation raciale, dénonçant le glissement de certains gays blancs vers le trumpisme. «Voilà pourquoi les personnes LGBT de couleur ne font pas confiance aux gays blancs. Oui, j’ai bien dit. Point final», tweetait-il.

À lire également