Monde Église

Vers un schisme sur les questions LGBTQ+

4 janvier 2020

Église méthodiste de Washington décorée pour un service à l'occasion de la Pride. Photo: T. Eytan (CC BY-SA 2.0)

Surtout présente aux USA et en Afrique, une des principales Églises protestantes s’est résolue à se scinder autour des questions de mariage pour tous et d’ordination des pasteur·e·s LGBTQ+.

L’Église méthodiste unie, une dénomination protestante qui rassemble environ 13 millions de fidèles à travers le monde (dont la moitié aux États-Unis), pourrait bientôt entamer un schisme. Ce vendredi, une réunion d’évêques a constaté le caractère irréconciliable des positions au sein de l’Église sur les questions des mariages entre personnes de même sexe et de l’ordination d’officiant·e·s ouvertement LGBTQ+, rapporte CNN.

Ils ont rédigé un protocole de divorce à l’amiable entre congrégations traditionalistes et progressistes. Une conférence mondiale, à Minneapolis (USA) en mai prochain, devra se prononcer.

Désarroi
«La ligne dans le sable est devenu un canyon», avait résumé l’évêque de New York Thomas Bickerton à la suite d’une précédente conférence, au début de l’année dernière. Au terme de débats passionnés, un vote relativement serré avait rejeté toute ouverture aux LGBTQ+ sur la base du «Livre de discipline», écrit fondamental de l’Église, qui affirme que l’homosexualité est «incompatible avec l’enseignement chrétien». La situation avait laissé de nombreux fidèles et membres du clergé désemparés. Parmi ces derniers, la pasteure Rebecca Wilson, de Detroit, avait exprimé son désarroi: «J’attends que l’Église cesse de nourrir la haine.»

À lire également