Discriminé, un policier obtient 20 millions de dommages et intérêts

Un officier de la police du comté de Saint-Louis (États-Unis) a obtenu une lourde condamnation des autorités après s’être vu refuser une promotion en raison de son orientation sexuelle.

Le président de la Commission de police du comté de Saint-Louis a démissionné et une membre de cette même institution s’apprêtait à faire de même, hier, après un retentissant procès pour discrimination. En début de semaine, le sergent Keith Wildhaber a obtenu près de 20 millions de dollars de dommages et intérêts pour discrimination.

En 2014, cet officier aux 20 ans de service impeccables s’était vu recommander par un membre de la Commission de «mettre en veilleuse son homosexualité» s’il voulait assurer sa promotion au grade de lieutenant. «C’était comme si on m’avait donné un coup de poing dans l’estomac», a-t-il témoigné au tribunal. Ses supérieurs ont en outre utilisé des épithètes dévalorisants (fruity, «folle») à son égard, parfois devant témoin.

Représailles
Le dépôt d’une plainte devant le bureau de la police chargé de l’égalité n’a fait qu’aggraver la situation. Non seulement Wildhaber n’a jamais obtenu sa promotion – elle lui a échappé à 23 reprises –, mais il a été muté en service de nuit vers un poste situé à 40km de chez lui. «J’étais dégoûté», a expliqué le policier en uniforme devant la Cour.

«Nous avons voulu envoyer un message», a expliqué un membre du jury après le verdict. «Si vous discriminez, vous en payerez le prix. On ne peut pas défendre l’indéfendable.»

L’affaire a déclenché l’ouverture d’une enquête interne à la Commission et aux forces de l’ordre du comté de 1 million d’habitants, ainsi que des appels à la démission du chef de la police locale. «Nous n’avons pas fait du bon boulot pour relever les défis de l’égalité sur le lieu de travail pour les femmes, les personnes de couleur et les LGBT», a résumé Sam Page, un membre démocrate de l’Exécutif.

1 comments

Comments are closed.

À lire également