Monde Jérusalem

Le tueur de la Gay Pride ignore ses juges

21 mars 2016

Capture vidéo Israel Hayom.

Le procès de Yishai Schlissel s’est ouvert ce dimanche. Il est accusé d’avoir tué une adolescente et blessé six autres participants à la parade LGBT de Jérusalem, dix ans après une attaque similaire.

«Le Créateur ne vous a pas donné l’autorité de me juger.» Impassible, refusant de se lever de son siège devant la Cour, c’est par ces mots que Yishai Schlissel a répondu au juge du tribunal de Jérusalem, où s’est ouvert dimanche le procès de l’attaque contre la Gay Pride de la ville, le 30 juillet 2015. Sept personnes avaient été blessées par le juif extrémiste de 40 ans, dont une mortellement: Shira Banki, une adolescente de 16 ans.

La victime de Schlissel, Shira Banki avait 16 ans.
La victime de Schlissel, Shira Banki avait 16 ans.
Peu avant l’audience, Schlissel a répété aux médias qu’il avait voulu stopper le défilé pour préserver la «sainteté du peuple d’Israël».

L’avocat commis d’office a tenté d’expliquer que l’accusé n’avait pas l’intention de tuer, mais seulement de blesser. L’accusation a rétorqué que le prévenu, dans ses dépositions, n’a jamais expliqué son geste de la sorte. Schlissel, quant à lui, a gardé le silence, rapporte le «Jerusalem Post».

Pour un des témoins de l’attaque cité à la barre, la police n’a pas fait son travail de protection parce que Schlissel porte le vêtement traditionnel des ultra-orthodoxes. «Un mois et demi plus tard, quiconque aurait brandi un couteau aurait été abattu sur-le-champ», a estimé Eran Tzidkiyahu, faisant allusion aux attaques palestiniennes à l’arme blanche, qui se sont multipliées depuis la fin de l’été, en Israël et dans les Territoires occupés.

Libération anticipée
Au moment de l’attaque, Schlissel venait d’être libéré de prison où il avait purgé une peine de 10 ans pour une attaque contre l’édition 2015 de la même gay pride. Trois participants avaient alors été blessés. Dès sa sortie anticipée et alors qu’il était encore sous contrôle judiciaire, il avait distribué des tracts appelant aux meurtre des homosexuels – sans éveiller les soupçons des services de sécurité.

Le drame de la Gay Pride a profondément choqué la société israélienne. Le mois dernier, la municipalité de Jéruslalem a décidé d’ériger un mémorial pour Shira Banki à un carrefour de la ville, place de Sion, qui sera rebaptisée place de la Tolérance.

À lire également