Monde Israël

Ado palestinien tué: un gay massacré par les siens?

6 juillet 2014

Des blogs israéliens proches des colons assurent que Mohammad Abu Khdeir, dont la mort enflamme les villes palestiniennes, a été victime d’un «crime d’honneur».

La police israélienne, en charge du dossier, évoque un «acte de vengeance présumé». Mais pour certains, le décès de l’adolescent de 16 ans, mardi dans la banlieue de Jérusalem n’aurait rien à voir avec la mort de trois étudiants israéliens, découverts l’avant-veille près d’Hébron.

«Perversité palestinienne»
Selon une partie de la blogosphère israélienne, rejointe par plusieurs médias de droite, Mohammad Abu Khdeir a succombé à un crime d’honneur, comme on peut le lire sur plusieurs sites affiliés au camp des colons. «Jusqu’où peux aller la perversité des Palestiniens?», attaque notamment JSS News. «La raison de ce meurtre ? Ce jeune Palestinien, arabe, musulman, qui vivait dans la partie Est de la capitale d’Israël, était homosexuel!» La thèse, invérifiable pour l’instant, obtient un écho croissant sur la Toile. Elle s’appuie manifestement sur les photos de la victime, un frêle jeune garçon qui pourrait passer pour efféminé.

Selon l’autopsie, Abu Khdeir a été brûlé vif après avoir été forcé de boire du carburant. Ses restes ont été retrouvés dans une forêt, mercredi à l’aube, déclenchant une vague d’affrontements à travers tous les territoires palestiniens et les communautés arabes en Israël.

4 comments

Même en disant que c’est une rumeur en la publiant on ne fait que l’amplifier. Il n’y a aucune preuve et c’est pour cela que c’est une rumeur. Et on voit bien d’où elle vient…
Ce fut la même chose pour l’autre rumeur sur Arafat.
D’autre part, dire q’une personne qui aime l’argent est juif ou dire que toute personne frêle est homosuelle, c’est ou du racisme ou de l’homophobie. Il serait bon dans un journal comme le vôtre d’être sensible à cela… pour le moins !

D’un côté cela ressemble à de la propagande israélienne.

D’un autre côté, lorsque l’on tue un innocent simplement en représaille à un autre meurtre, ce qui est déjà horrible en soi, on l’abat plutôt d’une balle dans la nuque. Pour le brûler, et qui plus est le brûler vif, ce qui est particulièrement insoutenable, il faut être animé par une haine personnelle. Or de tout temps le feu symbolise une purification, la destruction du mal (sorcières, homosexuels, mécréants…)

D’où ma question: et si c’était un attentat perpétré par des extrémistes homophobes sionistes, qui auraient ciblé un jeune homme d’apparence féminine? Une abjection peut en cacher une autre, un mobile peut être double. Racheter le meurtre d’un innocent en détruisant ce que l’on considère comme un monstre et non un être humain à part entière.

Cette hypothèse mériterait d’être étudiée, il me semble. En tout cas la méthode évoque un extrémisme religieux quel qu’il soit, et ils ne manquent pas dans ce pays berceau des trois religions homophobes.

Comments are closed.

À lire également