La prison de Buca est situé en périphérie d'Izmir, troisième ville de Turquie.

Gay, il purge sa peine au cachot

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Turquie pour le traitement dégradant infligé à un prisonnier homosexuel. Il avait passé près d’un an à l’isolement après s’être plaint de harcèlement et de menaces par ses codétenus.

22’000 euros: ce sont les indemnités que recevront un jeune Turc pour un séjour cauchemardesque en prison. Condamné pour fraude à la et escroquerie à 10 ans de prison, ce garçon alors âgé d’à peine 20 ans s’est retrouvé enfermé dans le quartier d’isolement de la prison d’Izmir-Buca. Quelques semaines après son arrivée, il avait en fait demandé son transfert vers une autre cellule, se disant menacé et harcelé par ses codétenus en raison de son homosexualité.

Apprenant cela, la direction de l’établissement a décidé de le placer dans un «cachot» de 7 mètres carrés. Un local sale, mal éclairé et infesté de rats, habituellement réservé aux prisonniers violents – théoriquement pour de courtes périodes. Le prisonnier gay y passera près d’un an, privé de toute activité avec les autres détenus et même d’accès à la promenade. Les autorités pénitentiaires ont motivé cette mesure par le besoin d’assurer la «sécurité» du détenu. Résultat: une dépression sévère qui mènera le prisonnier à passer un mois dans un hôpital psychiatrique. Début 2010, le jeune gay a finalement été transféré vers une autre prison, où il purge désormais le reste de sa peine dans une cellule classique.

Pointe de l’iceberg
L’affaire est remontée jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme. Les juges de Strasbourg ont considéré qu’il s’agissait d’un «traitement inhumain ou dégradant» assimilable à une forme de torture. Selon l’ILGA-Europe, le cas ne serait que la pointe de l’iceberg. «Les mauvais traitements de détenus LGBT sont mal documentés, mais il s’agit d’un problème sérieux dans de nombreux pays membres du Conseil de l’Europe», a constaté mardi l’organisation européenne dans un communiqué.

1 comments

Décidément, on est fâché avec la grammaire sur 360°.ch.
On n’écrit pas : “Ce sont les indemnités que recevront un jeune Turc.”, mais : “Ce sont les indemnités que recevra un jeune Turc”.
Il s’agit tout simplement d’accorder un verbe (recevoir) avec son sujet (le jeune Turc).
Si vous en doutez, déplacez le sujet. La phrase devient : “Le jeune Turc recevra les indemnités.”
Le niveau d’études nécessaire pour trouver le sujet dans une phrase ne doit pourtant pas être élevé, surtout en Suisse.
Dommage qu’un article, intéressant par ailleurs, soit gâché par ce genre d’erreur particulièrement énorme.

Comments are closed.

À lire également