Bars & Clubs

Danse Macabre

Fribourg, ven 29 mars, 22:00
Community
#Cinéma #Table ronde

Acsexybility

Genève, dim 10 mars, 14:00
Bars & Clubs

360° Fever Party

Lausanne, sam 16 mars, 22:00

Pierre de Maere, vivre pleinement quitte à prendre des coups 

Pierre de Maere, vivre pleinement quitte à prendre des coups 

«Docteur, un jour je marierai un ange…» Le refrain est devenu incontournable notamment sur TikTok. Derrière ce tube se cache Pierre de Maere, étoile montante de la pop française. Nous avons échangé avec l’artiste, attendu cet été à Paléo. 

Pierre de Maere c’est la vieille France qui rencontre la fraîcheur et la technologie de notre époque. Un nom qui évoque la bourgeoisie: à sa simple énonciation, on imagine facilement une personne dans la cinquantaine. Pourtant, nous en sommes bien loin. Âgé de 21 ans, le Belge roule les «r» comme ses compatriotes Jacques Brel et encore Stromae. Aujourd’hui installé à Paris, il s’apprête à «mener une vie de star» comme l’on peut l’entendre dans certains de ses morceaux.
  
Une simplicité vivifiante
Depuis ses premiers morceaux sur les plateformes, je me laisse volontiers bercer par les paroles de ses chansons qui disent des vérités tout en appelant à la rêverie. Je me souviens d’avoir glissé son nom dans une discussion autour des stars en devenir de la musique actuelle. Une Victoire de la musique plus tard, Pierre de Maere est un vrai phénomène. Mon téléphone sonne. Mélange de stress et d’excitation, l’interview devient concrète.

C’est en toute humilité que le jeune artiste raconte ses dernières aventures. Il avoue ne pas encore réaliser ce qui se déroule et trouver des ressources auprès de son entourage. Ce qui lui permet de garder les pieds sur terre. Lorsque je le questionne sur les frontières entre l’artiste et l’humain, il répond sincèrement: «Je n’ai pas créé d’alter ego à l’image de Ziggy Stardust pour David Bowie. Je donne une impression de confiance mais je doute beaucoup. Je suis très romantique, joyeux, enjoué. Un romantisme parfois même excessif. Je crois qu’il faut vivre pleinement quitte à prendre des coups. Je mène une vie sans regrets, pleine d’enthousiasme. J’aime plonger dans de nouvelles aventures. Ça constitue qui je suis. La passion m’anime beaucoup, comme une envie de tout vivre!»

Questionné sur l’essence de sa personne, il confie innocemment: «Si je pouvais parler au petit Pierre que j’étais, je lui dirai qu’il a tout bien fait. Mon insouciance est un vrai point fort. Ça m’aide à vivre pleinement mon univers et ne pas être envahi par la haine qui peut se présenter à moi. Je lui dirais de ne fermer aucune porte.»
 
Un tube et un premier album
Alors que le refrain d’Un jour, je marierai un ange est devenu un trend incontournable de TikTok, il a sorti son premier album, Regarde-moi, en janvier. Peut-être une invitation à ce qu’on prenne le temps de s’intéresser à son univers, où se mélangent volontiers le kitsch et l’air du temnps dans lequel sa musique s’inscrit. Il illustre sa vision du rôle de l’artiste: «Vendre du rêve et inviter à vivre quelque chose d’unique. Culturellement parlant, je n’aime pas le réalisme, par exemple. Si je veux être confronté à la réalité, je peux la vivre tous les jours. J’ai besoin que l’art me vende quelque chose de nouveau, d’unique. Je suis inspiré par Lady Gaga ou encore David Bowie. Ces deux artistes ont su créer de vrais univers qui invitent à la fraîcheur et à l’évasion.»

Ses morceaux abordent sans fioritures les thèmes de l’amour, de la masculinité ou encore de la famille. Ils invitent à la rêverie et à voir les choses en grand. La vie n’a de limites si ce n’est celles qu’on lui impose. Pierre de Maere explore pleinement cette vie et la partage tel un cri du cœur, dans une authenticité déconcertante.
  
Un public suisse encore timide
Le public suisse a eu l’occasion de l’entendre une première fois lors de l’édition 2022 du Montreux Jazz Festival et à Genève, pour Voix de Fête, le mois dernier, mais sa cote est encore timide par chez nous. «J’ai découvert le lac Léman, et moi il me suffit d’avoir un beau paysage et du soleil pour être heureux. J’étais malade à Montreux et je n’ai pas très bien chanté mais j’ai rencontré un public charmant et bienveillant. J’ai l’impression qu’en Suisse on ne me connaît pas très fort. Mon titre Un jour je marierai un ange, les gens le connaissent, mais mon nom et mon visage, pas encore. Il me faudra un deuxième tube!» Ce hit sera-t-il Enfant de, son dernier single? À vos écouteurs!