Genève

Lovely Autonomy

jeu 6 juin - dim 9 juin
Lausanne

Everybody Pride Prelude

sam 1 juin, 20:00
Genève
#Opéra

Roberto Devereux / Glam Night

jeu 6 juin, 20:00
Genève

Laundrette

ven 31 mai, 23:59

La BD n'est (presque) plus un club pour garçons hétéros

Dans le sillage de figures comme Ralf König ou encore Fabrice Neaud auquel le festival d’Angoulême a consacré une expo, l’univers hétéro-viril de la BD s’ouvre désormais à de nouvelles expressions, moins stéréotypées.

La BD allemande, confidentielle, s’est tout de même trouvé une star, un dessinateur à exporter. Il s’appelle Ralf König fête cette année, ses 30 ans de BD et compte plus de 6 millions d’albums vendus. Surtout, il porte haut et fort les couleurs d’un humour homo avec personnages à gros nez et couilles au vent. König est l’auteur de BD le plus connu en Allemagne. Les nouveaux mecs, Konrad et Paul sont devenus de véritables classiques, traduits dans 17 pays. De là à en déduire que la BD ouvre grand ses bras à la thématique homosexuelle… Malheureusement l’Allemagne est une exception, explique Jean-Claude Jennequin, auteur, passeur, traducteur de BD et surtout créateur de l’association et site internet LGBT BD. « Un phénomène comme König s’explique par la rencontre d’un auteur avec un public à un moment historique favorable. Dès les premières années, König arrive à vivre de la BD parce qu’il est publié chez un éditeur homo, Männerschwarm. Ses BD sont publiées sous forme de recueil, elles sont vendues dans des librairies gay. Dans un pays où les auteurs de BD sont rares, König trouve vite un écho, puis se fait publier chez un éditeur très grand public. Les Nouveaux mecs sont tirés directement à 60000 exemplaires, c’est exceptionnel pour le marché allemand.»

Personnages gays et lesbiens sous représentés
En France, aucun Ralf König à l’horizon. Zep, l’auteur suisse le plus vendu, est bien passé de Titeuf à la BD adulte avec Happy Sex, mais pas d’aventures homosexuelles dans son recueil débridé. «J’ai noté des histoires de mes copains gays, mais ça ne sonnait pas aussi vrai… Et puis, il y a déjà les livres de Ralf Konig qui sont géniaux, alors pas besoin que j’en rajoute», expliquait Zep au site rue69. Ils sont rares les auteurs hétéros à oser les histoires gays. Franck Giroud, scénariste de la série Quintett sortie chez Dupuis au milieu des années 2000, avait choisi dans son deuxième tome L’histoire d’Alban Méric de raconter « une histoire d’amour entre deux hommes. A ma connaissance, et en dehors de l’autobiographie, il n’y en a pas en BD.» Seulement les dessinateurs pressentis refusent les uns après les autres. C’est finalement Paul Gillon, dessinateur de renom, qui accepte de prendre le crayon.

«C’est un fait, les gays et lesbiennes sont sousreprésentés dans les personnages de la BD», souligne JeanClaude Jennequin. C’était pire encore il y a trente ans, à l’époque où la BD était «un club de garçons» dont les femmes et les homos étaient exclus, où les personnages gays étaient « soit des assassins, soit des salauds, soit ridicules», précise JeanClaude Jennequin. Pour avoir une autre vision, il fallait aller chercher du côté des EtatsUnis. Dans les années 80 le fanzine Gay Comix fait son trou dans la BD underground. Des dessinateurs tels qu’Howard Cruse et son monumental Monde de différence, Roberta Grégory et sa Bitchy Butch, ou Alison Bechdel avec sa série Dykes to watch out for, et surtout son magnifique roman autobiographique Fun Home en sont les grandes figures.

L’autobiographie, un nouveau genre
En France c’est aussi de la BD indépendante que viendra le changement. Aujourd’hui les récits autobiographiques, les formats variés portent des paroles nouvelles, des histoires plus personnelles. Ainsi Le Journal de Fabrice Neaud compte sans doute parmi les œuvres phares de la bande dessinée française. En décidant de mettre en scène sa propre vie, sans artifice, au gré de quatre tomes touffus et passionnants (et d’autres à venir), l’auteur livre son quotidien de chômeur, d’artiste, d’homosexuel, dans une petite ville de province française.

Le festival d’Angoulême vient d’ailleurs de consacrer une grande exposition à son Journal, dont le premier tome a été publié en 1996. Aujourd’hui un auteur comme Hugues Barthe avec Dans la peau d’un jeune homo suivi de Bienvenue dans le marais a repris cette veine autobiographique. «La nouvelle génération d’auteurs arrive dans un moment propice. Ils ont une chance à saisir», estime Jean-Claude Jennequin qui a publié le récit Les folles nuits de Jonathan.

BD en liberté sur la blogosphère
Le succès de la BD d’auteur et surtout le mode d’expression de la blogosphère change la donne. Sur inter-net, les dessins circulent, sans entrave, sans filtre de l’éditeur, sans arrière-pensée commerciale. La dessinatrice Julie Maroh, alias Djou, publie régulièrement sur son blog des dessins personnels, ne cachant pas son homosexualité, sans se soucier de savoir quel public elle touche. «Mon blog n’est pas représentatif de quoi que ce soit et je suis plutôt anti-communautariste.» Pourtant le public gay afflue lorsqu’elle lance un appel à d’autres dessinateurs blogueurs en juin dernier, pour la journée contre l’homophobie. Parmi ces 77 dessinateurs ayant eu envie de croquer ce thème, Pochep. Sur son blog Politburo on suit entre autres une bande de gays dans le village de la Petite Maison dans la prairie, Walnut Grove. Là aussi la publication est régulière, le trait drôle, le public fidèle. «J’ai profité de cette narration pour faire une sorte de coming out dessiné et aborder des thèmes gays qui me sont chers et que je ne voyais pratiquement nulle part ailleurs dans l’univers des blogs BD et la bande dessinée d’une manière générale», livrait le dessinateur lors du festival belge Festiblog. Reste donc l’indétrônable König, dont un nouvel album Et maintenant allongez-vous sortira en avril chez Glénat. Coïncidence c’est chez le même éditeur, le 1er avril aussi, que Julie Maroh sortira son tout premier album Le Bleu est une couleur chaude. Une récit intime en noir et bleu, où une adolescente évoque sa découverte de l’homosexualité et l’histoire de sa construction à travers sa relation amoureuse.

Les Blogs:
» djou-bd.over-blog.com
» pochep.over-blog.com
» lgbtbd.free.fr
» www.laptiteblan.fr