Culture

Gaspard Ulliel, divin allié

Georges Biard, CC BY-SA 4.0 Wikimedia Commons

C’est effaré‧e‧x‧s et bouleversé‧e‧x‧s que nous avons appris hier la disparition de Gaspard Ulliel. Après avoir repris notre souffle, nous avons souhaité lui rendre hommage.

Yeux azur, cicatrice sur la joue et silhouette élégante, Gaspard Ulliel était un de ces acteurs aux multiples visages qui n’hésitait pas à jouer avec son image et son identité.
Alors que d’aucuns jouent les hétéros testostéronés, Ulliel n’a eu de cesse de changer de registre et d’apparence… quitte à endosser des rôles d’hommes gais sans stéréotypes et avec une infinie justesse. On se rappelle de lui dans le Dans Paris de Gus Van Sant en assistant d’une photographe qui faisait l’expérience du coup de foudre auprès d’un apprenti imprimeur. On se rappelle aussi de son rôle bouleversant dans Juste la fin du monde, adaptation de la pièce de Jean-Luc Lagace par Xavier Dolan. Il y jouait le rôle de Louis, alter-ego du dramaturge gai revenant dans sa famille après une longue absence pour annoncer sa mort (du SIDA) prochaine. Et puis bien sûr, Saint Laurent. Pour Bertrand Bonello, Ulliel endosse alors avec grâce et majesté le costume du couturier français pour un film baroque et libre. Il n’hésite pas alors à jouer avec son identité sexuelle jusqu’à jouer la luxure dans des scènes très électriques. Alors, en allié LGBTQI, il avait fait la Une de Têtu en France en 2014.
Fils d’une styliste et d’un designer, Gaspard Ulliel n’a jamais rompu avec la mode, fréquentant assidument les défilés et devenant une icône Chanel pour le parfum Bleu.

Gaspard Ulliel avait 37 ans. Il aura été, à l’écran, notre crush, notre frère, notre ami, notre idole. Nous avons grandi avec lui. Nous aurions tant aimé le voir vieillir.
Adieu cher ange.

_________________
20 janvier 2022   Thèmes: Étiquettes :