Culture

Black Movie, vers des ailleurs prometteurs

«Nos corps sont vos champs de bataille» © Dublin Films - Les Alchimistes

La nouvelle directrice du festival genevois a concocté un menu riche, avec des films très attendus, dont le documentaire argentin «Nos corps sont vos champs de bataille».

L’édition 2021 avait eu lieu intégralement en ligne l’an dernier, Covid oblige. Cette année, Black Movie propose une version hybride, qui se déroulera principalement dans les salles de cinéma et se prolongera sur la plateforme dédiée au streaming online.blackmovie.ch, avec la reprise d’une grande partie de la programmation.

Le menu très riche composé par la nouvelle directrice artistique, Maria Watzlawick, et son équipe comprend 89 films indépendants, 50 longs et 39 courts métrages en provenance de 49 pays. Ils se répartissent dans neuf sections thématiques aux titres évocateurs, comme Mères & filles, Esprit es-tu là? Hong Kong blackout, On the road, Hypertension ou Music is back.

Cette sélection de choix, qui comprend 70 premières suisses, voit par ailleurs le retour de grands habitués du festival. Parmi les films les plus attendus, on citera Memoria du cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, In Front of your Face et Introduction du Sud-Coréen Hong Sang-soo, Babi Yar Context de l’Ukrainien Sergei Loznitsa ou encore Dear Comrades! Du Russe Andrei Konchalovsky.

Cheminement politico-intime
Les réalisatrices sont bien représentées avec Nous de la Française Alice Diop, Noche de fuego de la Mexicaine Tatiana Huezo, Zinder de la Nigérienne Aïcha Macky, Unclenching the Fists de la Russe Kira Kovalenko, Women do Cry des Bulgares Vesela Kazakova et Mina Mileva.

À signaler particulièrement: Nos corps sont vos champs de bataille d’Isabelle Solas. Nous sommes en 2013 dans une Argentine divisée entre un conservatisme profond et un élan féministe inédit, alors que se vote la loi sur l’identité de genre. Montrant la façon dont s’articulent l’intime et le politique, le film suit Claudia et Violeta, femmes trans se revendiquant travesties. Avec leurs camarades, elles se heurtent à la violence du patriarcat. Pugnaces et animées d’une extraordinaire rage de vivre, elles protestent inlassablement en faveur d’un transféminisme qui tiendrait compte de toutes les discriminations.

Témoignant de la dureté des existences trans, non seulement invisibilisées, mais aussi persécutées et assassinées, Claudia et Violeta sont convaincues d’être les actrices d’une révolution en cours, elles s’élèvent contre les travesticides, l’hétéronorme, le capitalisme, le machisme, tout ce qui asphyxie leur identité. Et proposent des corporalités différentes, d’autres manières d’aimer, d’agir collectivement. Un documentaire immersif, dense et puissant sur la lutte transidentitaire à ne pas manquer.

Comme d’habitude, le Petit Black Movie offrira aux plus jeunes cinéphiles la possibilité de découvrir le monde et les préoccupations d’aujourd’hui à travers 30 films issus de 24 pays. Les enfants auront en outre droit à un final en fanfare, avec un double ciné-concert mitonné par le Club des Chats. Enfin, un festival ne saurait se tenir sans conférences et tables rondes. Cinq événements destinés à accompagner les films sont organisés à cet effet, et en prime une soirée 360° Fever en clôture du festival.

Festival Black Movie, 23e édition du 21 au 30 janvier. Volet online du 28 janvier au 1er février. Programme et billetterie en ligne sur www.blackmovie.ch
_________________
19 janvier 2022   Thèmes: Étiquettes : , , ,

À lire également