Culture Cinéma

Trois flics face à un terrible cas de conscience

2 sept. 2020

© Frenetic

Avec «Police», Anne Fontaine propose un thriller habile et efficace, formidablement porté par Virginie Efira, Omar Sy et Grégory Gadebois.

Trois flics parisiens, Virginie (Virginie Efira), Aristide (Omar Sy) et Erik (Grégory Gadebois), se portent volontaires pour une mission inhabituelle. Il s’agit de reconduire un sans-papier à la frontière. Sur la route de l’aéroport, Virginie comprend qu’il risque la mort s’il retourne dans son pays. Face à cet insoutenable cas de conscience, elle tente de convaincre ses partenaires de le laisser s’échapper.

«Police», excellent nouvel opus d’Anne Fontaine adapté du roman éponyme d’Hugo Boris, est plus qu’un simple film sur l’institution. Tout en regroupant plusieurs problématiques, la réalisatrice se concentre sur son trio principal, confronté au quotidien sombre et sordide d’un métier usant moralement et physiquement, qu’il s’agisse de récupérer les affaires d’une femme battue par son mari ou de recueillir le cadavre d’un bébé dans un garage.

D’emblée, elle présente ses protagonistes principaux à travers la même journée montrée de trois points de vue différents. On découvre Virginie préoccupée par ses problèmes existentiels et domestiques, Aristide, fanfaron, blagueur, aimant écouter Balavoine et Lavoine, ainsi qu’Erik, flic agressif, alcoolique, plein d’aigreur, usé, qui n’en a plus grand-chose à foutre. Mais peut-être pas….

Semer le doute

Après cette première partie, on passe à la reconduite sous grande tension du migrant à l’aéroport, où se situe le véritable enjeu de l’histoire. Dans le trajet en voiture propice au débordement d’émotions des policiers et de leur prisonnier, Anne Fontaine évoque le redoutable dilemme entre l’obéissance aveugle à la hiérarchie et l’éventuelle transgression de l’ordre donné. Et c’est alors que Virginie tente de semer le doute chez ses deux collègues en espérant les faire changer d’avis.

Servi par un scénario intelligent, une mise en scène habile et efficace, une belle photographie d’Yves Angelo, «Police» est en plus porté par trois comédiens formidables, très justes dans ce registre dramatique.

Dès aujourd’hui dans les salles

À lire également